Octobre 2021, rentrée littéraire et Goncourt des Pays-Bas
Le 20 octobre 2021 | 0 Commentaires

Une rentrée littéraire particulièrement riche cette année avec la sortie en ce début octobre du nouveau roman de Patrick Modiano et bien sûr les deuxièmes sélections des grands prix littéraires.

La deuxième sélection du prix Goncourt, le prix le plus convoité, a retenu huit romans, par ordre alphabétique : Christine Angot, Le voyage dans l’Est (Flammarion), Anne Berest, Carte postale (Grasset), Sorj Chalandon, Enfant de salaud (Grasset), Louis-Philippe Dalembert, Milwaukee blues (Sabine Wespieser), Agnès Desarthe, L’éternel fiancé(L’Olivier), Clara Monod-Dupont, S’adapter (Stock), Abel Quentin, Le voyant d’Étampes (L’Observatoire), Mohamed M’Bougar Saar, La plus secrète mémoire des hommes(Philippe Rey/Jimsaan) et Tanguy Viel, La fille qu’on appelle (Éditions de Minuit). Le choix unanime de l’équipe du Temps Retrouvé va à Enfant de salaud de Sorj Chalandon, avec en choix subsidiaire La fille que l’on appelle de Tanguy Viel et La carte postale d’Anne Berest. Nous avons fait la revue de deux premiers livres dans notre Lettre du mois de septembre. La revue du roman d’Anne Berest, par véronique Fouminet, une de nos libraires, est contenue dans la présente Lettre.

La troisième et dernière sélection des quatre romans parmi lesquels le Goncourt 2021 sera choisi sera dévoilée le mardi 26 octobre et le prix décerné le mercredi 3 novembre.

Le Choix Goncourt des Pays-Bas
Nous sommes très heureux d’annoncer le lancement par L’Institut français des Pays-Bas de la première édition du Choix Goncourt des PaysBas. Vingt autres pays participent déjà à ce programme sous le parrainage de l’Académie Goncourt. Le Choix Goncourt des Pays-Bas permet aux étudiants néerlandais de désigner leur choix Goncourt parmi les quatre livres choisis pour la troisième et dernière sélection des académiciens Goncourt.

Le Choix Goncourt des PaysBas c’est :
100 étudiants qui composent le jury du Choix Goncourt des Pays-Bas;
12 universités des Pays-Bas dont sont issus ces étudiants, et
1 livre choisi parmi les 4 livres de la dernière sélection de l’Académie Goncourt.

L’objectif du Choix Goncourt des Pays-Bas est de soutenir la publication d’œuvres françaises ou francophones contemporaines aux Pays-Bas ainsi que la venue de leurs auteurs. Il implique des universités et des hogeschools (établissements d’enseignement supérieurs non-universitaires) dans lesquelles le français est enseigné.

Le Temps Retrouvé est fier de participer au Goncourt des Pays-Bas organisé à l’initiative de l’Institut français des Pays-Bas et en association avec L’Agence universitaire de la Francophonie

________________________________________

Nos recommandations de lecture
Pour le mois d’octobre 2021

Chevreuse, Patrick Modiano

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chevreuse
Patrick Modiano
Collection Blanche, Gallimard
Date de parution : 7 octobre 2021
ISBN : 9782072753855,176 pages, 19.62€

Mais pourquoi s’en serait-il inquiété lui qui depuis des années avait l’habitude de vivre sur une frontière étroite entre la réalité et le rêve, et de laisser s’éclairer l’un l’autre, et quelquefois se mêler, tandis qu’il poursuivait son chemin d’un pas ferme, sans dévier d’un centimètre, car il savait bien que cela aurait rompu un équilibre précaire ? À plusieurs reprises, on l’avait traité de ‘somnambule’ (…) 
Chevreuse, Patrick Modiano

Patrick Modiano est un génial équilibriste, comme seuls peuvent l’être, dit-on, les somnambules. “Le tout était de ne pas glisser de la ligne de crête et de savoir jusqu’à quelle limite on peut rêver sa vie.” Une fois encore la magie opère et l’on suit le rêve éveillé de Patrick Modiano avec ravissement, mais aussi avec la crainte de le voir tomber. Cependant, même quand il vacille et est sur le point de tomber, il se redresse avec élégance et douceur. Alors, nous suivons nous aussi le chemin de la réminiscence, une réminiscence tout autre que celle de La Recherche, dans un flottement incessant, où l’on traverse les personnages comme des fantômes. Au moment précis où l’on pensait les appréhender, les comprendre, ils nous échappent, pour revenir sans bruit, se laissant glisser vers nous. Oui, il y a de la magie dans l’écriture de Patrick Modiano. Insensiblement, nous prenant doucement par la main, il nous entraine vers nos souvenirs, un temps où les numéros de téléphone évoquaient des lieux, le temps des briquets à haute flamme, et celui des montres américaines dont les multiples cadrans faisaient rêver les enfants.
Pierre-Pascal Bruneau

Éric Fottorino, Mohican

 

 

 

 

 

 

 

Éric Fottorino
Mohican
Collection Blanche, Gallimard
Date de parution : 19 août 2021
ISBN :  9782072941740, 288 pages, 21.26€

Il se souvient du chemin étroit bordé de ronces. Des ornières après la pluie. De la poussière soulevée par les gros pneus, au plus chaud de l’été. Il préférait.” Mohican, Éric Fottorino, page 153

Pour son quatorzième roman d’Éric Fottorino revient vers ses premières amours, la campagne française et les paysans, lorsqu’il était, au tout début de sa carrière de journaliste, responsable de l’agriculture au journal Le Monde. Il avait renoué avec le monde paysan en 2015 avec J’ai vu les derniers paysans (Éditions Denoël) illustré par les photographies de Raymond Depardon et il déplorait les profonds changements d’un monde en voie de disparition.
Brun Danthôme a 76 ans. Il cultive la terre depuis toujours, avec acharnement, utilisant, suivant les recommandations des autorités de l’époque, force engrais et produit chimiques, afin de produire de plus en plus. Le corps détruit par la manipulation, sans protection, des engrais chimiques, des années durant, il est atteint de leucémie et va mourrir. Pour sauver, le croit-il, sa ferme et rembourser les dettes qui l’écrasent depuis toujours, mais aussi pour que son fils Mo puisse continuer l’exploitation familiale, il se résout à accepter l’implantation d’éoliennes. Mais Mo ne partage pas la vision de son père et rêve, lui, d’un retour à la terre dans le respect de la nature et de l’environnement. Un beau roman, qui nous fait parcourir un demi siècle de paysannerie française dans les somptueux paysages du Jura. Le roman est aussi une vive critique des politiques agricoles successives des différents gouvernements qui, selon Éric Fottorino, ont paupérisé et désertifié les campagnes françaises.
Pierre-Pascal Bruneau

Milwaukee BluesLouis-Philippe Dalembert

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Milwaukee Blues
Louis-Philippe Dalembert
Éditions Sabine Wespieser
Date de parution : août 2021
ISBN :9782848054131, 288 pages, 22.89€

“Il y avait quelque chose de cassé en lui. Il pouvait rester toute une partie de la nuit à te raconter comment il faisait se soulever les stades pendant les matches du championnat universitaire. Que si il n’avait pas eu cette vilaine blessure, c’est sûr, aujourd’hui, il aurait mieux à offrir, à nous offrir, aux enfants et à moi.”  Milwaukee Blues, Louis-Philippe Dalembert, page 151

Pour sortir de Franklin Heights, le ghetto noir de la ville de Milwaukee, dans le Wisconsin, au bord du lac Michigan, il n’y a pas beaucoup de solutions : le trafic de drogue ou le sport, basket, football américain ou baseball. Obtenir une bourse pour aller à l’université et peut-être atteindre un niveau national est le rêve de tous les adolescents de ce faubourg de Milwaukee. Emmet, doux et séduisant, grand sportif, parvient à obtenir une bourse. Après plusieurs années de succès, il se blesse gravement et échoue à se faire engager dans le NFL (National Football League). Steel mountain, son surnom à l’université, doit quitter l’école et se sépare de Nancy, sa petite amie, une jeune femme blanche de bonne famille. Il n’a plus d’autre choix que de rentrer au bercail, dans le ghetto. Emmet a deux amis d’enfance, une jeune fille, Authie, un petit bout de femme énergique, au franc-parler détonnant et Stokely un mauvais bougre qui finira en prison pour trafic de drogue. Emmet mourra étouffé sous le genou d’un policier, comme George Floyd, dont le destin tragique a inspiré ce roman. Mais nous sommes pourtant loin du mouvement Black Lives Matter. Louis-Philippe Dalembert, avec un vrai talent de conteur, peint une galerie de portraits d’une rare intensité. Adaptant son langage selon la personnalité et l’origine des personnages, il nous fait découvrir la petite communauté dans laquelle Emmet tente vaille que vaille, de petits boulots en mauvais plans, de nourrir ses enfants. Une communauté, un matriarcat, dans laquelle la plupart des hommes ne valent pas grand chose, fuyant leurs responsabilités dès la naissance du premier enfant, laissant la charge à la femme abandonnée d’élever seule sa progéniture. Un roman fort, tendre, des personnages attachants qui, malgré une vie d’une exceptionnelle dureté, résistent et tentent de vivre comme Emmet, aimé de tous et dont la vie, pour rien, s’est brutalement arrêtée.
Pierre-Pascal Bruneau

La carte postale, Anne Berest Grasset


La carte postale
Anne Berest
Grasset
Date de parution : 18 août 2021
ISBN : 9782246820499, 512 pages, 26.16€

Je n’arrive pas à faire coïncider l’idée de ma famille avec cette référence mythologique qu’est le génocide. Et cette difficulté me constitue tout entière. Cette chose me définit. (…) je me reconnais enfin : je suis fille et petite-fille de survivants.” Carte Postale, Anne Berest, page 440

Recevoir une carte postale anonyme dont le texte se résume à quatre prénoms, voilà qui n’est pas banal. Quand, en plus, il s’agit des prénoms des ancêtres maternels morts en déportation, voila qui est troublant !
Dans un premier temps, Lélia, la destinataire choisit de ne pas vraiment s’en préoccuper. Un jour, sa fille, Anne, la narratrice, veut en savoir plus. Lélia a des souvenirs, mais, surtout, elle avait fait de sérieuses recherches. Commence alors le récit de la vie incroyable d’une famille juive qui, de la Russie à la France en passant par la Palestine, fuit les persécutions. Puis c’est au tour de Anne de reprendre les recherches, afin de découvrir qui est l’auteur de la mystérieuse carte postale reçue seize ans plus tôt.
L’autrice mêle très habilement le récit du passé et celui du présent, la saga familiale et la quête d’identité. Le lecteur est tout aussi curieux que la narratrice et suit avec émoi les révélations du passé mais aussi ce que celles-ci provoquent au présent. Anne Barest nous livre un roman poignant et historiquement riche.
Un très beau récit-témoignage.
Véronique Fouminet, libraire au Temps Retrouvé

Le Voyage dans l’Est, Christine Angot

Le Voyage dans l’Est
Christine Angot
Flammarion
Date de parution : 18 août 2021
ISBN : 9782080231987, 224 pages, 21.26€

« — Vu l’ancienneté des faits, il sera sans doute compliqué de les faire établir, et vraisemblablement, votre père ne sera pas condamné…
— Alors, il y a des faits plus récents, qui ont eu lieu à Nancy, à Nice, à Paris et à Tende, il y a deux ans. Ce serait peut-être plus facile…
— Certainement.
— Mais j’étais majeure.
— Ça reste des viols par ascendant, madame. Et qui ont eu un commencement d’exécution quand vous étiez mineure. Moi, je vais le faire convoquer dans un commissariat de Strasbourg. Il aura une grosse frayeur. Il sera difficile d’apporter les preuves. Il y aura sans doute un non-lieu… 
»
Le voyage dans l’Est, Christine Angot

“Le Voyage dans l’Est (…) n’est pas de l’ordre de la répétition mortifère ; ce qu’il orchestre, c’est une reprise au sens où l’entend le philosophe Kierkegaard dans son texte du même nom (1843). La reprise n’a pas pour but de ressasser le passé en rabâchant avec les mêmes mots des choses connues, mais d’aller chercher dans l’avenir qu’est toujours un vrai livre une chose neuve, non vue – de l’insu.”
Camille Laurens (Chronique, Le Monde, 2 septembre 2021)

Au printemps des monstres, Philippe Jaenada

Au printemps des monstres
Philippe Jaenada
Éditions Mialet-Barrault
Date de parution : 18 août 2021
ISBN : 9782080238184, 748 pages, 25.07€

Ce n’est pas de la tarte à résumer, cette histoire. Il faut procéder calmement. C’est une histoire vraie, comme on dit. Un garçon de onze ans est enlevé à Paris un soir du printemps 1964. (…) On retrouve son corps le lendemain dans une forêt de banlieue. Il a été assassiné sans raison apparente. (…) un jeune homme banal, un infirmier(…) avoue le meurtre, il est incarcéré et mis à l’écart de la société pour le reste de sa vie. Fin de l’histoire. Mais bien sûr, si c’était aussi simple, je n’aurais pas passé quatre ans à écrire ce gros machin (je ne suis pas fou).” Philippe Jaenada, extrait de la quatrième de couverture de Au printemps des monstres.

Philippe Jaenada mène à nouveau l’enquête. Suivant sa méthode, parfaitement rodée depuis La petite femelle et La serpe, il creuse son sillon et poursuit sa critique intelligente et juste de notre société. Il dénonce, encore et toujours, le lynchage médiatique aveugle, mené tambour battant par certains médias et l’absurdité, l’inefficacité, de notre justice criminelle. Ces lynchages sans pitié qui, avec la complicité de tous, conduisent à l’assassinat de victimes, expiatoires. L’affaire remonte aux années soixante mais le monde d’aujourd’hui n’a rien à envier à celui d’hier. Philippe Jaenada décortique cette nouvelle affaire et nous montre que les monstres ne sont pas toujours ceux que l’on pense. Si vous avez aimé ses deux derniers livres vous serez passionné par Au printemps des monstres.
Pierre-Pascal Bruneau

Changer de Méthode, Édouard Louis


Changer de méthode
Édouard Louis
Seuil
Date de parution : 16 septembre 2021
ISBN : 9782021483048, 336 pages, 21.80€

« Une question s’est imposée au centre de ma vie, elle a concentré toutes mes réflexions, occupé tous les moments où j’étais seul avec moi-même : comment est-ce que je pouvais prendre ma revanche sur mon passé, par quels moyens ? J’essayais tout. » Changer de méthode, Édouard Louis

Feu, Maria Pourchet


Feu
Maria Pourchet
Fayard
Date de publication : 18 août 2021
ISBN : 9782213720784, 360 pages, 21.80€

« Ironise, c’est mieux, valide maman sous son granit, au moins on sait pourquoi on t’a payé des études. » Feu, Maria Pourchet, p.6

Laure, universitaire et mère de famille de quarante ans, rencontre Clément, banquier désabusé de cinquante ans… Voilà qui ressemble à une situation bien connue de roman d’amour et d’adultère, entre une romance ou une nouvelle Madame Bovary ; et bien non ! Feu est bien plus que cela.
Les choix narratifs de l’autrice sont ambitieux et réussis ! Lorsque Laure parle, c’est à la deuxième personne. Le personnage se regarde vivre, analyse ses actes, livre même les commentaires de ses mère et grand-mère qui la condamnent ou l’encouragent de « sous le granit ». Le lecteur suit donc les pensées de Laure, avec distance et humour, parfois grinçant. Lorsque les chapitres font entendre le point de vue de Clément, c’est à la première personne. Lui aussi subit sa mère, mais celle-ci est réellement violente, toxique et vivante. Clément a pour seul confident son chien, ironiquement prénommé Papa, le seul à savoir à quel point il est parfois difficile d’être un homme… Le feu de la passion, celui des corps, celui qui autorise la sauvagerie, emporte tout… Maria Pourchet nous livre un roman à l’écriture vive, percutant, moderne, sombre et drôle non seulement à propos de la passion mais surtout de la solitude. L’alternance des chapitres souligne parfaitement cette juxtaposition des désirs qui ne peut mener qu’à l’échec dans un monde moderne présenté sans ménagement.
Véronique Fouminet, libraire au Temps Retrouvé

S’adapter, Clara Dupont-Monod


S’adapter
Clara Dupont-Monod
Stock
Date de parution :
ISBN : 9782234089549, 200 pages, 20.17€

« Elle s’adaptait, sous nos yeux, comme l’avaient fait son frère, ses parents, et tant de gens avant eux. Dira-t-on un jour l’agilité que développent ceux que la vie malmène, leur talent à trouver chaque fois un nouvel équilibre, dira-t-on les funambules que sont les éprouvés ? » S’adapter, Clara Dupont-Monod, p.69

Clara Dupont-Monod nous plonge au cœur des Cévennes pour raconter l’histoire d’une famille ; ou plutôt, elle laisse ce soin aux « pierres rousses de la cour ». Nous découvrons une famille ordinaire, les parents, l’aîné, la cadette, le jour où arrive un troisième, l’enfant. Très vite, le handicap se révèle ; il est profond. Chacun réagit à sa façon, évolue, s’adapte. L’aîné devient le protecteur qui se consacre totalement. La cadette se sent exclue et enrage, mêlant dégoût et tristesse avant d’oser affronter la réalité. Les parents font de leur mieux. Puis, l’enfant meurt. Plus tard, alors que les deux premiers sont déjà jeunes adultes, survient le dernier.
Ce sont les pierres, témoins muets mais attentifs, qui nous racontent les événements, les paysages, les sentiments et les émotions. Un beau roman, emplis des sons et des odeurs de la nature, qui célèbre la puissance des liens fraternels et l’étonnante capacité de chacun à puiser dans ses émotions pour s’adapter.
Véronique Fouminet, libraire au Temps Retrouvé

Pas dormir, Marie Darrieussecq


Pas dormir
Marie Darrieussecq
Éditions P.O.L
Date de parution : septembre 2021
ISBN : 9782818053645, 320 pages, 21.69€

“Comment dormions-nous, avant, dans les forêts ? Comment faisions-nous au temps des forêts ? Nous faisions groupe. Groupe et grotte. Nous nous tenions chaud en nid comme les gorilles.” Pas dormir, Marie Darrieussecq, page 292.

Si vous êtes insomniaque vous devez lire le livre de Marie Darrieussecq. Pas dormir est un essai, presque une anthologie de tout ce que les auteurs insomniaques, et pas des moindres, Shakespeare, Kafka, Proust bien sûr, Marguerite Duras, Gide et bien d’autres, auteurs et autrices contemporains, ont écrit sur l’insomnie. Il y a une vingtaine d’années, nous dit-elle, après la naissance de ses enfants, “le sommeil s’est détaché de moi“. Elle essaie alors de chasser ses insomnies par tous les moyens et le premier chapitre du livre, avec force citations, nous donne la pharmacopée des substances, dont la liste est impressionnante, qui sont supposées nous faire dormir et qui mènent parfois jusqu’au tombeau. Et puis il y a l’alcool auquel, cela est bien connu, beaucoup d’auteurs ont eu recours pour chasser leurs angoisses mais aussi leurs insomnies. Après le vin rouge, quand bu à l’excès il devient mauvais pour la santé, Marie Darrieussecq aura “tout essayé ” : tisanes, acupuncture, hypnose, yoga, jeûne, psychanalyse, méditation, gravity blankets, et tout ce que notre société de consommation n’est pas en peine d’inventer pour soigner tout et n’importe quoi. Les résultats sont parfois surprenants, positifs pour d’autres maux mais rarement pour l’insomnie. Le livre est d’une érudition époustouflante et vous découvrirez avec plaisir certains aspects insoupçonnés du monde de la littérature et de la philosophie. “L’avenir est sombre, ce qui je crois est la meilleure chose pour un avenir. ” Marie Darrieussecq cite Virginia Woolf, grande adepte du Véronal. Sombre est l’existence de l’insomniaque, éternellement fatigué, un clan d’êtres à part, une gigantesque confrérie, les insomniaques sont ainsi incompris des autres, ceux qui “ont un bon sommeil”, les dormeurs, ceux dont le rêve n’est pas éveillé. Il y a du dictionnaire dans cet intriguant essai, un livre illustré de nombreuses photographies, une mine de citations, un “Monde de réseaux et de lianes ” (Chapitre V), un monde à part, décrit avec une précision quasi chirurgicale par Marie Darrieussecq qui passionnera beaucoup d’entre vous (et pas uniquement les insomniaques) et qui ne laissera aucun lecteur indifférent.
Pierre-Pascal Bruneau

L’éternel fiancé, Agnès Desarthe


L’Eternel fiancé
Agnès Desarthe
Éditions de l’Olivier
Date de parution : 19 août 2021
ISBN : 9782823615821, 256 pages, 20.71€

Je renoue avec le passé, j’en saisis tous les fils. Je vais rebroder ma vie avec les couleurs qui m’ont manqué.” L’éternel fiancé, Agnès Desarthe, p.133

C’est l’histoire d’une vie, celle de la narratrice, de la maternelle à l’âge adulte. C’est aussi l’histoire de plusieurs vies : celles des autres, celle que l’on aurait pu vivre. Le roman s’ouvre avec une scène amusante : un petit garçon déclare son amour à une fillette, juste avant un concert organisé par l’école. Mais ce n’est pas le bon moment, alors, elle lui répond qu’elle ne l’aime pas… erreur !
Voilà les thèmes du roman : l’amour, la musique, le temps. Au cours de sa vie, elle croisera à nouveau et ,plusieurs fois,  Etienne, l’éternel fiancé, qui, lui, ne la reconnait jamais et vit une véritable passion avec une autre…
Un beau roman, une ode à la musique et une réflexion sur le temps qui passe, ses effets sur nos vies. Le lecteur suit avec plaisir les événements et les réflexions de la narratrice. Les émotions et l’humour sont au rendez-vous dans ce roman tendre et symphonique qui explore les mystères des sentiments.
Véronique Fouminet, libraire au Temps Retrouvé

Nouveautés Bandes Dessinées

Le droit du sol, journal d’un vertige, Étienne Davodeau


Le droit du sol, journal d’un vertige
Étienne Davodeau
Futoropolis
Date de parution : 6 octobre 2021
ISBN : 9782754829212 , 216 pages, 27.25€

En juin 2019, Étienne Davodeau entreprend, à pied et sac au dos, un périple de 800 km, entre la grotte de Pech Merle et Bure. Des peintures rupestres, trésors de l’humanité encore protégés aux déchets nucléaires enfouis dans le sous-sol, malheur annoncé pour les espèces vivantes. Étienne Davodeau, sapiens parmi les sapiens, interroge notre rapport au sol. Marcheur-observateur, il lance l’alerte d’un vertige collectif imminent et invite à un voyage dans le temps et dans l’espace.
De quelle planète les générations futures hériteront-elles ? Qu’allons-nous laisser à celles et ceux qui naîtront après nous ? Comment les alerter de ce terrible et réel danger pour leur survie ? Il est de notre responsabilité collective d’avancer sur les questions énergétiques pour protéger la « peau du monde ».
Dans cette marche à travers la France, il est parfois accompagné d’amis, de sa compagne, mais aussi de spécialistes, qu’il convoque sur ces sentiers pour qu’ils nous racontent l’histoire unique du sol de notre planète, ou encore celle du nucléaire et de ses déchets, dangereux pendant plusieurs centaines de milliers d’années. À la marge du témoignage et du journalisme augmenté, Droit du sol marque le grand retour d’Étienne Davodeau à la bande dessinée de reportage. (Note de l’éditeur)

Moon River, Fabcaro

Moon River
Fabcaro
Éditions 6 Pieds Sous Terre
Date de parution : 16 septembre 2021
ISBN : 9782352121640, 80 pages, 17.44€

Hollywood, années 50. Au cœur de l’usine à rêves du cinéma, l’immense actrice Betty Pennyway est victime d’un crime sans précédent et particulièrement abominable. L’affaire fait la une de toute la presse et l’Amérique entière est en émoi. La police de l’Etat fait appel au peu orthodoxe inspecteur Hernie Baxter pour mener cette délicate enquête qui secoue tout le petit monde du 7ème Art. C’est une investigation sombre et mystérieuse fouillant dans les recoins les plus obscurs de la ville de Los Angeles qui s’engage, un périple aux confins de la folie qui risque bien de le mener jusqu’aux portes de l’enfer… Dans la lignée de son exploration des récits de genre, après le western (-20% sur l’esprit de la forêt), la romance (Et si l’amour c’était aimer ?) et le récit de voyage (Carnet du Pérou), c’est au polar que se confronte cette fois-ci Fabcaro avec Moon River. Des victimes sont à prévoir. (Note de l’éditeur)

Corto Maltese, Océan noir, Hugo Pratt et Martin Quenehen (scénario), Bastien Vivès (dessin)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Corto Maltese, Océan noir
Hugo Pratt et Martin Quenehen (scénario)
Bastien Vivès (dessin)
Casterman
Date de parution : 1er septembre 2021
ISBN : 9782203224735 , 168 pages, 16.34€

L’aventure a un visage : Corto Maltese !
Sur les eaux de la mer de Chine, le profil d’un pirate bien connu se dessine dans l’ombre d’une cabine de pilotage… Corto Maltese est de retour, à l’abordage d’un yacht de luxe. Des rues bondées de Tokyo jusqu’aux sommets des Andes, le gentilhomme de fortune poursuit un trésor mythique, disputé par une société secrète nationaliste et des narcos sans scrupules… Mais plus que jamais, ce sont les sentiments qui vont mener le célèbre marin romantique. Bastien Vivès et Martin Quenehen s’emparent du mythique personnage d’Hugo Pratt pour le plonger dans notre époque contemporaine. (Note de l’éditeur)

__________________________________

 Les événements de l’Échappée Belle

Vendredi 22 octobre 2021
19 :00 heures
Amstelkerk
Amstelveld 10, 1017 JD Amsterdam

Un entretien mené par Pierre-Pascal Bruneau de la librairie française, Le Temps Retrouvé

Enfin !

Merci à vous toutes et tous de votre immense patience et de votre fidélité. Cette fois sera la bonne. Laurent Binet sera là pour vous le vendredi 22 octobre prochain.

Places disponibles

Nous sommes au complet au regard des dispositions actuelles imposées par la pandémie,
donc pas de nouvelles réservations possible pour l’instant.
Mais,
dès la publication des nouvelles règles le 17 septembre prochain nous espérons vivement être en mesure d’augmenter le nombre de places disponibles.

Confirmation des réservations

Les réservations effectuées pour la soirée annulée de mars, puis de décembre 2020 sont automatiquement reportées pour la soirée du 22 octobre 2021.  Les places annulées moins de vingt-quatre (24) heures avant la soirée littéraire ne pourront faire l’objet d’un remboursement ou d’un report. Les places sont nominatives et personnelles et ne peuvent être revendues.

Cette soirée a été organisée grâce au soutien de l’Institut Français des Pays-Bas, de KZ529BV, aux dons des Amis donateurs de l’Échappée Belle et en association avec la librairie Le Temps Retrouvé.