Les livres de l’été 2018
Le 25 juin 2018 | 0 Commentaires


Les vacances de Monsieur Hulot, Jacques Tati, 1953. 

Les livres de l’été!

Le ciel d’été
Remplit nos cœurs de sa lucidité
Chasse les aigreurs et les acidités
Qui font le malheur des grandes cités
Toutes excitées.

On chante, on fête
Les oliviers sont bleus ma p’tit’ Lisette
L’amour joyeux est là qui fait risette
On est heureux Nationale 7 !

Monsieur Hulot ne va plus depuis longtemps à l’hôtel de la Plage à Saint Marc sur mer et plus personne ne « descend» dans le midi, en Citroën DS ou en 4cv Renault, par la Nationale 7, mais je ne peux m’empêcher de penser que cela avait un peu plus de charme que la cohue des aéroports, contrôles de sécurité et autres impédimenta des voyages en avion.

Mais laissons la nostalgie de côté et réjouissons nous d’avoir enfin, je vous le souhaite, le temps de lire. Pour vous aider nous avons sélectionné des livres et bandes dessinées à emporter dans vos valises.

Philip Roth


Le complot contre l’Amérique
Philip Roth
Traduction de l’américain par Josée Kamoun
Gallimard, Folio
Date de parution : 2004, paru en Français en 2006
ISBN : 9782070337903, 576 pages, 9,40€

Acheter le livre

Rendons d’abord hommage à Philip Roth disparu il y a peu à l’age de 85 ans. Lisez, Le complot contre l’Amérique,  roman de politique fiction dans lequel Philip Roth imagine que Charles Lindbergh, candidat républicain aux élections présidentielles en 1941, est élu en lieu et place de Roosevelt. Lindbergh ne s’est jamais présenté à la présidence des États Unis. Cependant, il est tel que le décrit Philip Roth. Antisémite convaincu, Lindbergh avait de fortes sympathies pour le parti Nazi.  Il changera d’avis au lendemain de l’attaque de Pearl Harbour. Lisez Némésis, le mythe de Don Quichotte brillamment revisité ou le cycle Zuckerman, trilogie dans laquelle vous retrouverez les thèmes chers à Philip Roth, écrivains et écriture, identité et histoire juive, complexité des relations avec les femmes, sexualité, une puissante vision, critique et nostalgique de l’Amérique.

Et puis plusieurs livres que nous vous avons recommandés au fil des mois depuis septembre dernier.

L’archipel du chien

L’Archipel du Chien
Philippe Claudel, de l’Académie Goncourt
Stock,Collection Bleue
Date de parution : 14 mars 2018
EAN : 9782234085954, 288 pages,  19,50€

Acheter le livre

« J’ai imaginé L’Archipel du Chien comme un roman de mystère, un récit haletant et oppressant, une épopée moderne sur une communauté d’hommes, bousculée dans sa tranquillité par un événement extraordinaire, qui se trouve alors face à des choix qui vont révéler sa nature profonde, sa petitesse et son égoïsme. » Philippe Claudel

Plus qu’un roman, l’Archipel du Chien, le tout nouveau livre de Philippe Claudel, est une parabole puissante, une fable, qui a pour cadre une île imaginaire, proche des côtes de l’Afrique. Pas de nom propre, pas de prénom, sauf celui d’une petite fille, triste victime de la bassesse et de l’égoïsme des hommes, qui par vengeance se transformera en bourreau. Comme dans beaucoup de contes, les personnages portent le nom de leur métier, de leur fonction ou bien un surnom et cela renforce le caractère universel de cette fable. Un énigmatique personnage, brutal et alcoolique, mène une enquête pour ses employeurs que l’on devine être une société gigantesque et tentaculaire qui évoque la société qui contrôle le monde des Inhumaines, le puissant et terrible livre de Philippe Claudel publié l’an dernier. L’enquêteur, sorte de Méphistophélès, terrorise ceux qui administrent l’île. Même si cette île imaginaire est bien exotique, dominée par un volcan capricieux, ses habitants pourraient être ceux d’un village de la campagne française. Ces notables au tout petit pied se rendent coupables d’une bassesse qui en engendrera une bien pire et qui sonnera le glas de cette communauté. Philippe Claudel nous décrit avec acuité l’éternel comportement moutonnier et aveugle de la foule prompte à lyncher celui ou celle qui « n’est pas d’ici ». Avec L’Archipel du Chien, Philippe Claudel revient au roman, aux histoires d’hommes qu’il sait si bien raconter. Il nous donne à lire un conte envoûtant et puissant, moderne, antique, intemporel.  Un volcan qui gronde et sourd, le vent qui souffle sous les portes, des âmes torturées, une odeur fétide, Dante n’est jamais loin sous la belle prose de Philipe Claudel. Philippe Claudel réaffirme sa vision noire de la nature humaine, comme si l’histoire des habitants de cet archipel était, sous forme d’un conte cette fois et sans humour noir, celle-la même des habitants du monde des Inhumaines.

« Qu’est-ce que la honte, et combien la ressentirent ? Est-ce la honte qui rattache les hommes à l’humanité ? Ou ne fait-elle que souligner qu’ils s’en sont irréversiblement éloignés ? » (L’Archipel du Chien, page 243).

Note : nous recevrons Philippe Claudel le samedi 22 septembre au 529:  Lien de réservation 

Couleurs de l’incendie

Couleurs de l’incendie
Pierre Lemaitre
Éditions Albin Michel
Date de parution : 3 janvier 2018
EAN :9782226392121, 544 pages, 22.90€

Acheter le livre

Suite du prenant Au revoir là-haut, prix Goncourt 2013, dans Couleurs de l’incendie ce sont cette fois les femmes qui sont au centre du récit. Le ton est moins noir que dans le premier tome. Souvent drôle, Pierre Lemaitre conserve toutefois ce sens de la provocation et des personnages acides et rusés. Nous sommes en 1927 et le roman débute tristement et tragiquement, images fortes toujours pour, dès le début, saisir notre imagination et cela fonctionne diablement bien. Mesquineries et manipulations, méchancetés et drames, vengeances de la bourgeoisie de ces années trente, tout y est. Homme de gauche, Pierre Lemaitre critique et pique avec élégance ce monde clos et âpre qu’il rend responsable de l’avénement des régimes totalitaires. Moins dur qu’Au revoir là-haut, moins proche de la structure de ses romans policiers, autre domaine dans lequel il excelle, avec Couleurs de l’incendie Pierre Lemaitre nous livre un roman émouvant et sensible qui le place parmi les grands romanciers de notre temps.

L’art de perdre

L’art de perdre
Alice Zeniter
Flammarion
Date de parution : 16 août 2017
ISBN : 9782081395534, 514 pages, 22,00€

Acheter ce livre

Ali a choisi le mauvais camp, celui des français. Toute sa vie, avant et après 1962, il en supportera le fardeau : la France, les camps, l’appartenance ou plutôt la non appartenance, et puis la transmission d’une histoire, d’un passé, dont il est à la fois fier et honteux, aux générations suivantes, à son fils Hamid, jusqu’à Naïma sa petite-fille.  Naïma, elle, n’a rien vécu de tout cela mais elle ressent fortement le désir de savoir. Un roman vrai, inspiré, en grande partie, de l’histoire de la famille d’Alice Zeniter, triste et dure saga de ceux qui n’ont pu trouver leur place entre un pays qui les a rejetés pour avoir trahi et un autre qui les a parqués et “ghettoisés” par faute d’assimilation, faute de “francisation”. Un roman sur notre éternelle recherche identitaire.

L’ordre du jour (Prix Goncourt 2018)

L’ordre du jour
Eric Vuillard
Actes Sud
Date de parution : mai 2017
ISBN : 9782330078973, 160 pages, 16,00€

Acheter le livre

Récit, proche d’un procès-verbal, L’ordre du jour est une sorte de compte rendu détaillé de deux épisodes de l’avènement du IIIe Reich. C’est d’abord le récit d’une réunion décisive dans l’histoire du Troisième Reich. Le 20 février 1933, les représentants du grand capital allemand se réunissent chez le président du Reichstag pour organiser le financement de la campagne électorale du parti nazi pour les élections du 5 mars 1933. Le second récit, se rapporte à un événement historique beaucoup plus connu :  l’Anschluss. Éric Vuillard décrit minutieusement comment l’Allemagne à annexé l’Autriche le 12 mars 1938 sans coup férir.

 La nostalgie de l’honneur (Prix Interallié 2018)

La nostalgie de l’honneur
Jean-René van der Plaetsen
Grasset
Date de parution : 6 septembre 2017
ISBN : 9782246813934    240 pages ,19.00 €

Acheter le livre

Le sens de l’honneur ? notre époque l’a perdu, et c’est bien dommage, nous dit Jean-René van der Plaesten. Il retrace dans ce livre la vie et le destin de grandes figures, réelles ou issues de la littérature, et surtout celle d’un grand-père maternel pour qui l’honneur n’était pas un vain mot : un livre sensible, un livre nécessaire, un livre pour ceux en mal d’idéal, fatigués par le cynisme d’aujourd’hui.

Le Lambeau

Le Lambeau
Philippe Lançon
Gallimard, Collection Blanche
Date de publication : 1er avril 2018
ISBN : 9782072689079, 576 pages, 21,00€

Acheter le livre
“En écrivant “Le lambeau” (Gallimard), Philippe Lançon, rescapé de l’attentat de Charlie Hebdo le 7 janvier 2015 ne fait pas seulement le choix de l’écriture ET de la vie. Il dépose à nos pieds une offrande. En partageant avec nous par la littérature son expérience, il nous autorise à faire corps avec les victimes de l’indicible événement, et ainsi, nous donne la possibilité d’en faire le deuil.”  Laurence Houot , Journaliste, responsable de la rubrique Livres de Culturebox

Gouverner au nom d’Allah, islamisation et soif de pouvoir dans le monde arabe

Gouverner au nom d’Allah, islamisation et soif de pouvoir
Boualem Sansal
Date de publication : 2014
Gallimard, collection Folio
ISBN :9782072697005, 192 pages, 6,00€

Acheter le livre 

Ce livre est à ce jour probablement un des ouvrages les plus clairs et les plus complets que j’ai trouvé sur le sujet. Il reprend le contenu des conférences et cours que Boualem Sansal a donnés à la demande des ministères des affaires étrangères et de la défense allemands pour la formation des diplomates et des officiers envoyés en poste dans un pays musulman. Non polémique, didactique, il contient l’essentiel de ce qu’il faut savoir pour comprendre l’Islam et l’islamisme.

La disparition de Stephanie Mailer

La disparition de Stephanie Mailer
Joël Dicker
Editions de Fallois
Date de parution : 7 mars 2018
ISBN : 9791032102008, 640 pages, 23,00€

Acheter le livre

Après La vérité sur l’affaire Harry Quebert et Le livre des Baltimore, Joël Dicker nous livre un récit prenant qui se déroule dans les Hamptons, sur la côte Est des États Unis, où la haute société New Yorkaise se détend et s’amuse loin du bruit et des tensions de la grande ville. Mais le calme et la quiétude ne sont qu’apparences…

Microfictions

Microfictions
Régis Jauffret
Gallimard, Collection Blanche
Date de parution : 1er janvier 2018
ISBN : 9782070197682, 1040 pages, 25,40€

Acheter ce livre

Souvenez-vous de Cannibales, réjouissant roman à l’humour assez noir, paru en 2016 dans lequel une mère et l’ex-maitresse complotent l’assassinat du fils et ex amant dans le but de le dévorer. Vous retrouverez dans cet épais recueil de courtes nouvelles le même ton drolatique, souvent noir, jamais ennuyeux.

Pas d’été sans Simenon

Prenez quelques Maigret pour la route, Maigret se fâche, Maigret tend un piège ou Le Fou de Bergerac et bien entendu un ou deux « romans durs », La neige était sale, Trois chambres à Manhattan ou les grands classiques, Le Président, L’ainé des Ferchaux ou encore L’homme qui regardait passer les trains, ou choisissez en un au hasard, un Simenon dont le titre vous séduira. Dernier conseil, fouinez dans les vide-greniers, les brocantes, les bouquinistes et achetez pour quelques euros, une édition ancienne, celles aux couvertures à la pipe, dessinées par Dick Bruna (et oui !) ou les séries spéciales des Presses de la Cité, mais quelque soit l’édition vous passerez un bon moment.

Les indispensables classiques

Et puis prenez votre courage à deux mains et jetez-vous dans À la Recherche du temps perdu, en commençant par un Amour de Swann ou bien par À l’ombre des jeunes filles en fleurs. Si vous ne pouvez-vous y résoudre emportez un Dostoievski, Crimes châtiments et ou l’immense Frères Karamasov, le plus grand roman de tous les temps selon Freud ou lisez (ou relisez) Dumas, Le Comte de Monte Cristo ou le moins connu mais tout aussi palpitant, Chevalier de Maison Rouge. Lisez ou relisez Balzac, les grands classiques Les Illusions perdues ou Eugénie Grandet ou découvrez La Rabouilleuse. Ou bien encore Stendhal, en laissant Fabrice Del Dongo de La Chartreuse de Parme ou le sombre et torturé Julien Sorel du Rouge et le Noir vous séduire et vous tourmenter, bref vous n’avez que l’embarras du choix mais emportez au moins un classique vous ne le regretterez probablement pas.

Ces classiques vous emporteront et vous vous souviendrez de l’été 2018 comme celui de la découverte ou redécouverte de ces auteurs intemporels.

 

Les soirées de l’Échappée Belle

Pierre Assouline, Retour à Séfarad

Le Pinto Cultureel Literair centrum et l’Échappée Belle ont le plaisir de vous convier à une soirée littéraire
le vendredi 29 juin à 20:00 heures à la Huis de Pinto,
St. Antoniesbreestraat 69,  1011 HB Amsterdam

Ce sera donc  dans ce magnifique lieu chargé d’histoire, dans la maison, depuis le XVIIème siècle, de la famille des grands banquiers juifs portugais Pinto, que Pierre Assouline viendra nous parler de son dernier livre, Retour à Séfarad. L’entretien sera mené par Pierre-Pascal Bruneau de la librairie Le Temps Retrouvé.

« Il y a deux ans, sa Majesté Felipe VI m’a dit : “Comme vous nous avez manqué !” En fait, il s’adressait à l’ensemble des séfarades à travers le monde, ces descendants des Juifs expulsés d’Espagne en 1492 par le duo infernal, les rois catholiques Ferdinand d’Aragon et Isabelle de Castille. À l’occasion d’une nouvelle loi nous accordant la citoyenneté, le roi d’Espagne nous offrait de revenir au pays. Sur le moment, je l’avoue, j’ai un peu hésité. Cinq siècles après, tout de même… Puis j’ai pris pour moi cet appel historique. » Pierre Assouline, Retour à Séfarad.

D’une impressionnante érudition, le livre de Pierre Assouline est d’abord une captivante leçon d’histoire. Mais Retour à Séfarad est plus que cela. Ce dont Pierre Assouline nous parle, c’est d’un sujet qui nous concerne tous. Son livre est avant tout une réflexion profonde sur l’identité. Cette réflexion, il l’avait déjà abordée dans son dernier roman, Golem, dans lequel un homme, fugitif tentant d’échapper à la justice pour un crime qu’il n’a pas commis, part à la recherche de son identité et de ses racines. En cela Pierre Assouline s’inscrit à contre-courant d’un certain discours actuel qui rejette tout attachement à une identité ancestrale, comme si une telle recherche, par assimilation à la légitimité historique dont se réclament certains terroristes, constituait une menace. Pour autant, l’identité est un ensemble complexe de multiples composantes et Pierre Assouline, s’il est fier de ses origines, l’est tout autant de sa langue, le français, qui fait partie intégrante de son identité.

Les livres de Pierre Assouline seront disponibles à la vente. L’entretien sera suivi d’une séance de dédicace.

Retour à Séfarad, Pierre Assouline, Gallimard,ISBN :  9782070197002, 488 pages, 22,00€ :  Acheter le livre

Rendez-vous donc le vendredi 29 juin 2018 à 20 heures à la Huis de Pinto,
St. Antoniesbreestraat 69,  1011 HB Amsterdam

Prix d’une place 5,00€

Prix réduit de 3,50€ pour les titulaires de la carte ’Ami’ de l’Échappée Belle. La carte d’Ami de l’Échappée Belle est individuelle. Seul le titulaire de la carte peut bénéficier du tarif préférentiel.

Lien de réservation 

Merci de réserver vos places dès que possible. Les places annulées moins de 48 heures avant la soirée littéraire ne pourront faire l’objet ni d’un remboursement ni d’un report.

Jeudi 19 juillet 2018 à 19:00 heures à la Maison de l’Échappée Belle, Spiegelgracht 2a

Les Exilés du paradis

Pierre-Pascal Bruneau reçoit Brigitte Adès

Le 19 juillet nous recevons Brigitte Adès, auteure d’un beau et trépidant roman sur l’Iran et la radicalisation islamiste, un rare livre sur l’Iran. Sur un fond historique précis et passionnant, adoptant la forme du roman d’action, Brigitte Ades montre que, quelles que soient les origines sociales et le milieu dont il sont issus, même les jeunes les plus privilégiés, peuvent être embrigadés par des religieux fanatiques .

“Il y a des romans qui en disent plus long sur la réalité du monde que les essais les plus sophistiqués. À travers l’amitié de deux jeunes franco-iraniens, dont le destin va diverger malgré eux, Les Exilés du Paradis plongent le lecteur au coeur du grand affrontement du moment qui oppose l’islam éclairé au radicalisme le plus obscurantiste. En se tournant vers ses racines, Farhad découvre que cette lutte entre deux projets de sociétés existait déjà en Perse au onzième siècle. Son ancêtre n’avait-il pas lutté contre la secte des Assassins, les premiers terroristes de l’Histoire ?

Prix d’une place 5 euros.

Prix pour les titulaires de la carte “Ami” de l’Échappée Belle, 3 euros.

Lien de réservation

La carte d’Ami de l’Échappée Belle est individuelle. Seul le titulaire peut bénéficier du tarif réduit.

Le nombre des participants étant limité à 30 personnes, merci de réserver vos places dès que possible. Les places annulées moins de 48 heures avant la soirée littéraire ne pourront faire l’objet d’un remboursement ou d’un report.


Le livre de Brigitte Adès sera en vente à la Maison de l’Échappée Belle. L’entretien sera suivi s’une séance de dédicace.

Les exilés du paradis, Brigitte Adès, Éditions Portaparole, ISBN : 9788897539674, 300 pages, 18,00 € :    Acheter le livre

Rendez-vous donc à la Maison de L’Échappée Belle le jeudi 19 juillet à 19:00 heures au Spiegelgracht 2A, et …

Attention à la marche !


L’Échappée Belle reçoit le soutien de L’Institut français des Pays-Bas et du CNL, de BNP Paribas, du Prins Bernhard Cultuurfonds, du Groupe Segula et de KZ529BV.

 


 

L’Échappée Belle est une fondation à but non lucratif de droit néerlandais (stichting) enregistrée auprès de la Chambre de Commerce d’Amsterdam (KvK 65176847)Siège : Keizersgracht 529, 1017DP Amsterdam, Pays-Bas.