Octobre 2020, la France ferme ses librairies et les jurys des prix littéraires reportent la proclamation des lauréats
Le 30 octobre 2020 | 0 Commentaires
Photo © Matthieu Salvaing

Dans cette Lettre du mois d’octobre nous allons continuer à parler de nouveautés de la rentrée littéraire de septembre. Nous parlerons aussi des dernières sélections des jurys des grands prix littéraires. À cet égard, nous avons retardé à aujourd’hui la publication de notre lettre dans l’attente de l’annonce, aujourd’hui jeudi 29 octobre du lauréat du premier prix littéraire important décerné cette année, celui de l’Académie Française ainsi que de l’annonce des quatre finalistes du Goncourt qui ont été dévoilés le mardi 27 octobre.

Grand prix du roman de l’Académie française

L’année dernière, Laurent Binet avait été distingué pour Civilizations (Grasset).
Le comité, pour sa deuxième et dernière sélection, avait retenu trois finalistes :

  • Héritage, Miguel Bonnefoy (Rivages)
  • La Grande Épreuve, Étienne de Montety (Stock)
  • L’Historiographe du royaume, Maël Renouard (Grasset)

Le lauréat du Grand prix du roman de l’Académie Française 2020, tout juste proclamé aujourd’hui est :

Héritage, Miguel Bonnefoy 


Héritage
Miguel Bonnefoy
Rivages
Date de parution : Août 2020
ISBN : 9782743650940, 256 pages, 21.26€
“La maison de la rue Santo Domingo à Santiago du Chili, cachée derrière ses trois citronniers, a accueilli plusieurs générations de la famille des Lonsonier. Arrivé des coteaux du Jura avec un pied de vigne dans une poche et quelques francs dans l’autre, le patriarche y a pris racine à la fin du XIXe siècle. Son fils Lazare, de retour de l’enfer des tranchées, l’habitera avec son épouse Thérèse, et construira dans leur jardin la plus belle des volières andines.” (Note de l’éditeur)

Miguel Bonnefoy, auteur du beau roman, Le voyage d’Octavio, qui avait été finaliste du Goncourt du premier roman en 2015, nous conte dans Héritage l’histoire d’une famille sur plusieurs générations. Lonsonier, c’est leur nom. À Valparaiso où il débarque, l’ancêtre de la lignée se méprend sur la question qui lui est posée par le douanier et lui donne le nom de sa ville de naissance, Lons-le-Saunier, qui deviendra Lonsonier. Beau livre sur les déracinés et sur la construction d’une histoire familiale, ses blessures et ses mythes. La part du récit consacrée à la période de l’ignoble dictature de Pinochet frappe et choque et nous rappelle les horreurs du totalitarisme. Un beau roman sur la famille, la complexité et la richesse des identités.
PPB

Les dernières sélections des grand prix littéraires


Le Goncourt avait été décerné l’an dernier à Jean-Paul Dubois pour Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon ( Éditions de l’Olivier), devançant Soif (Albin Michel) d’Amélie Nothomb. La proclamation du prix Goncourt aura lieu, selon la tradition, au restaurant Drouant, le 10 novembre. Les quatre finalistes viennent d’être annoncés ce mardi 27 octobre. Restent en lice, le troublant roman, L’Anomalie d’Hervé Le Tellier (Gallimard) et L’Historiographe du Royaume de Maël Renouard  (Grasset), qui raconte l’histoire d’un homme de lettres au service du roi du Maroc Hassan II. Et puis deux livres autobiographiques, Les Impatientes de la Camerounaise Djaïli Amadou Amal (Emmanuelle Colas), un roman autobiographique sur la polygamie et les mariages forcés et Thésée, sa vie nouvelle, de Camille de Toledo (Verdier), un livre dont les thèmes centraux sont dépression, non-dits et sombres histoires de famille.

Nous avons beaucoup aimé l’Anomalie.

L’anomalieHervé LE TELLIER


L’anomalie
Hervé LE TELLIER
Gallimard, Collection Blanche
Date de parution : 20 août 2020
ISBN : 9782072895098, 224 pages, 21.80€
L’Airbus d’Air France, vol 006 à destination New York, s’apprête à traverser une immense et menaçante barre de nuages. L’avion subi de graves avaries et le commandant de bord doit demander de l’aide au sol. Mais ce même avion, avec ces mêmes passagers et le même équipage a déjà atterri à JFK trois mois plutôt. Le lecteur découvre ainsi l’existence d’un monde parallèle, plusieurs peut-être. Hervé Le Tellier imagine qu’une puissance extérieure aurait dupliqué, voire multiplié, chacun de nous, à l’identique. Nous aurions donc dans des mondes parallèles un autre soi, non seulement physiquement mais avec exactement le même passé, la même histoire. Que se passe-t-il lorsque l’on se trouve confronté à soi-même ? Littérature de l’imaginaire, roman policier, essai philosophique, L’anomalie est sans doute un des romans les plus intéressants de cette sélection 2020 du Goncourt. L’anomalie est également sélectionné par les jurys des prix Renaudot et Médicis.
PPB


Le prix Renaudot a été décerné l’an dernier à Sylvain Tesson,pour La Panthère des neiges (Gallimard, Collection Blanche). Les noms des finalistes seront annoncés le 5 novembre et le prix sera remis le 10 novembre, tout comme le Goncourt, décerné le même jour également, chez Drouant. Huit romans ont été retenus pour la deuxième sélection :

  • Ce qui plaisait à Blanche, Jean-Paul Enthoven (Grasset)
  • Un crime sans importance, Irène Frain (Seuil)
  • Histoire du fils, Marie-Hélène Lafon (Buchet-Chastel)
  • L’Anomalie, Hervé Le Tellier (Gallimard)
  • Les Démons, par Simon Liberati (Stock)
  • Une piscine dans le désert, Diane Mazloum (J.-C. Lattès)
  • La grande épreuve, Etienne de Montety (Stock)
  • La Faucille d’or, Anthony Palou (Rocher)

Dans notre dernière lettre nous avions parlé d’Une piscine dans le désert  de Diane Mazloum, incursion, un peu surréaliste, au Liban, dans un petit monde de voisins qui se querellent, gentiment, à propos d’un terrain et d’une piscine. Nous avons aussi parlé du beau et poignant roman d’Irène Frain, une enquête sur un crime ordinaire. Cette fois, nous avons retenu dans cette sélection Histoire du fils, le dernier livre de Marie-Hélène Lafon ainsi que La faucille d’or d’Anthony Palou.

Histoire du fils, Marie-Hélène Lafon


Histoire du fils
Marie-Hélène Lafon
Buchet-Chastel
Date de parution : 20 août 2020
ISBN : 9782283032800, 176 pages, 16.35€
Auteure de Nos vies, qui avait été finaliste des grands prix littéraires en 2017, Marie-Hélène Lafon nous plonge ici dans son Cantal natal avec l’histoire d’André, né d’un père dont l’identité sera longtemps cachée. Sa mère Gabrielle, confie son éducation à sa soeur Hélène, pour pouvoir librement vivre sa vie à Paris. Ce père, André finira par en découvrir l’identité et pardonnera à sa mère de l’avoir délaissé. Un roman en demi-teinte, en tons pastels, la vie s’écoule, fleuve tranquille apparent. Certains emmurés dans leur égoïsme, d’autres simples et généreux, mènent des vies banales et tristes. Par une écriture sensible et très personnelle, Marie-Hélène Lafon nous fait ressentir toute la souffrance de ces êtres qui ne se comprennent pas ou si peu.
PPB

La faucille d’or, Anthony Palou


La faucille d’or
Anthony Palou
Éditions du Rocher
Date de parution : 2 septembre 2020
ISBN : 9782268104201, 160 pages, 17.44€
” En reportage dans le Finistère, cette « fin de la terre » de son enfance, un journaliste quelque peu désabusé, s’intéresse à la disparition en mer d’un marin-pêcheur. Une manière d’oublier sa femme et son fils, qui lui manquent. Préférant la flânerie à l’enquête, David Bourricot peine à chasser ses fantômes et boucler son papier, malgré les liens noués avec des figures du pays : la patronne du bistrot où il a ses habitudes, un peintre nain, double de Toulouse-Lautrec, ou encore Clarisse, la jolie veuve du marin-pêcheur. Retrouvera-t-il, grâce à eux, le goût de la vie ? Roman envoûtant, porté par des personnages fantasques et poétiques, La Faucille d’or allie humour et mélancolie, dans une atmosphère qui évoque à la fois l’univers onirique de Fellini et les ombres chères à Modiano. ” (Note de l’éditeur)


Le prix Femina a été décerné l’an dernier à Sylvain Prudhomme pour Par les routes (Gallimard). Le prix sera décerné cette année le 3 novembre. Cinq finalistes ont été annoncés le 23 octobre dernier:

  • Barocco Bordello, Thierry Clermont (Seuil)
  • Le tailleur de Relizane, Olivia Elkaïm (Stock)
  • Nature humaine, Serge Joncour (Flammarion)
  • Histoire du fils, Marie-Hélène Lafon (Buchet-Chastel)
  • Une piscine dans le désert , Diane Mazloum (JC Lattès)

Nous avons déjà parlé des livres de Marie-Hélène Lafon (voir ci-avant), de celui de Diane Mazloum  ainsi que de Nature humaine de Serge Joncour (la Lettre du mois de septembre). Le livre de Thierry Clermont, Barocco Bordello, nous emmène à Cuba, celui des années vingt, du temps d’avant Castro. Thierry Clermont nous invite à suivre Robert Desnos dans les rues de La Havane.

Thierry ClermontBarocco Bordello,


Barocco Bordello
Thierry Clermont
Seuil / Fictions & Cie.
Date de parution : 28 mai 2020
ISBN : 9782021245851, 240 pages, 20.71€
“Parti sur les traces de Robert Desnos lors de son séjour à Cuba en 1928, le narrateur arpente les rues de La Havane, découvre les nombreuses églises et les bars, flâne sur le Malecón pour y capter le « réel merveilleux » auquel il finira par succomber. Au fil de ses séjours, il croise des personnages hauts en couleur, dont un ancien guérillero, des musiciens, des anonymes extravagants rêvant de départs, une riche New-Yorkaise qui attend la chute du castrisme, une mystérieuse infirmière, un prêtre de la santería… Des souvenirs remontent : une amante ensorceleuse, un chauffeur de taxi fanfaron, des poètes et des cinéastes, ainsi que des figures illustres — Sartre et Beauvoir enflammés par la révolution, Alejo Carpentier, Lezama Lima, le boxeur Kid Chocolate, Paul Morand, le coureur automobile Fangio (kidnappé par les barbudos), Hemingway, Allen Ginsberg, García Lorca et quelques invités surprises, tels que le jeune Leonard Cohen ou encore Anaïs Nin. “(Note de l’éditeur)

Le prix Interallié avait été décerné l’an dernier à Jean-René van der Plaetsen pour La nostalgie de l’honneur (Grasset). La troisième sélection sera annoncée le 12 novembre. La remise du prix aura lieu le 18 novembre. Le jury, présidé par Sylvain tesson, a retenu pour sa deuxième sélection les huit livres suivants :

  • Les Funambules, Mohammed Aïssaoui (Gallimard)
  • Buveurs de vent, Franck Bouysse (Albin Michel)
  • Ce qui plaisait à Blanche, Jean-Paul Enthoven (Grasset)
  • Un crime sans importance, Irène Frain (Seuil)
  • La grâce, par Thibault de Montaigu (Plon)
  • La grande épreuve, Étienne de Montety (Stock)
  • Les évasions particulières, Véronique Olmi (Albin Michel)
  • Comédies françaises, Eric Reinhardt (Gallimard)

Nous avons aimé et revus, Buveurs de vent de Franck Bouysse, Un crime sans importance, Irène Frain et Les évasions particulières, Véronique Olmi , trois livres dont nous avons parlé dans notre Lettre du mois de septembre. Nous avons trouvé assez ennuyeux le livre de Jean-Paul Enthoven. N’est pas Proust qui veut. En revanche, nous nous étions promis de vous inviter à lire Les funambules, le beau livre de Mohammed Aïssaoui.

Les funambulesMohammed Aïssaoui


Les funambules
Mohammed Aïssaoui
Gallimard, Collection Blanche
Date de parution : 3 septembre 2020
ISBN : 9782072904073, 224 pages, 19.62€
Le personnage de l’écrivain fantôme, du “ghost writer”, celui qui écrit pour les autres est un personnage récurrent de la littérature contemporaine. Le narrateur est le “biographe des autres”. Il est contacté par un célèbre neuropsychiatre qui lui demande de participer à un important projet d’écriture : écrire pour les gens marqués par la vie, ceux, qui en état de sévère précarité, pourront tenter, en se racontant, de se reconstruire. Ce sera le philosophe, qui se réfugie dans de longs monologues sur Rousseau, Sonia, Elisabeth et Monique qui travaille aux Restos du coeur et qui l’aide à comprendre les marginaux, SDF et autres êtres ignorés, abandonnés par notre société. Ces “funambules de la vie” Mohammed Aïssaoui les décrit avec simplicité, sans pathos et surtout avec une touchante empathie. Et si finalement nous étions tous des funambules, en équilibre fragile et instable, frôlant l’abîme, toujours au bord de la chute ?
PPB


Le prix Médicis avait été décerné l’an dernier à Luc Lang pour La tentation (Stock).  Le prix sera proclamé le 6 novembre. Pour sa deuxième sélection le jury a retenu les dix romans suivants :

  • Le Cœur synthétique, Chloé Delaume (Seuil)
  • Le Grand vertige, Pierre Ducrozet (Actes Sud)
  • La fille du père, Laure Gouraige (P.O.L)
  • L’Anomalie, Hervé Le Tellier (Gallimard)
  • La Tannerie, Celia Levi (Tristram)
  • Mes fous, Jean-Pierre Martin (L’Olivier)
  • Une piscine dans le désert, Diane Mazloum (JC Lattès)
  • Histoires de la nuit, Laurent Mauvignier (Minuit)
  • Comédies françaises, Eric Reinhardt (Gallimard)
  • Thésée, sa vie nouvelle, Camille de Toledo (Verdier)

Nous avons déjà revu beaucoup des titres retenus dans cette sélection. Nous parlerons cette fois du dernier livre de Jean-Pierre Martin

Mes fous, Jean-Pierre Martin


Mes fous
Jean-Pierre Martin
L’Olivier
Date de parution : 27 août 2020
ISBN :  9782823616644, 160 pages, 18,53€

Sandor est perplexe. Est-ce que j’attire les fous, ou bien est-ce moi qui cherche leur compagnie ? Dès qu’il sort de chez lui, ces corps errants l’abordent et s’accrochent à sa personne, faisant de lui le dépositaire de leurs récits extravagants. Il y a Dédé, le fou météo. Laetitia et ses visions étranges. Madame Brandoux, qui jure toute la journée contre le monde entier. Et bien d’autres encore.” (Note de l’éditeur)

Livre frère ou cousin des Funambules de Mohammed Aïssaoui, l’écriture en est différente cependant. Tous ces personnages sont aussi des marginaux, certains, probablement des “accidentés” de la vie, sans pourtant que l’on sache quel événement, quel accident les a conduit à un comportement obsessionnel les poussant en marge de la société. Et puis les fous de Sandor sont-ils aussi fous qu’il y parait ?

PPB

Hors des sélections des prix littéraires, paru après la rentrée littéraire et nouveauté de ce mois d’octobre est la sortie du nouveau livre de Boualem Sansal, Abraham, en Collection Blanche chez Gallimard.

Abraham, Boualem Sansal


Abraham
Boualem Sansal
Collection Blanche, Gallimard
Date de parution : 1er octobre 2020
ISBN : 9782072906480, 288 pages, 22.89€
Boualem Sansal, que j’ai reçu plusieurs fois et qui est un de mes auteurs préférés, nous emmène au Proche-Orient, à Tell Al-Muqayyar, ville construite sur les ruines de la cité de Ur, puissante capitale de l’empire sumérien au III ème millénaire avant Jésus Christ. Tell Al-Muqayyar se situe au coeur de ce qui est aujourd’hui l’Irak. Ur est surtout, dans le récit de Boualem Sansal, la ville qui aurait vu naitre Abram, qui deviendra, dans la Bible, Abraham. Un des premiers patriarches de la Bible, arrière petit-fils de Noé, et fils de Terah, Abraham est reconnu par les trois religions du Livre. Abraham conduira son peuple au pays de Canaan, terre promise par dieu. Ce pays de Canaan deviendra bien plus tard la Palestine et c’est aujourd’hui l’État d’Israël. Boualem Sansal place son récit en 1916; l’empire Ottoman, chancelant, domine toute la région. Les accords Sykes-Picot présideront au démantèlement de cet empire à l’issue de la première guerre mondiale. Ces accords, en créant des États et des frontières au mépris des origines, des ethnies et des langues des peuples concernés, sont à l’origine de bien des conflits qui déchirent encore toute cette région.
Boualem Sansal imagine donc qu’en 1916, Terah, un vieux chaldéen, qui porte le même nom que le père d’Abraham dans la Bible, comprend et découvre que son fils Abram n’est autre que la réincarnation d’un des premiers prophètes, ou patriarches pour les musulmans : Abraham. Comme son illustre ancêtre biblique, Abraham va mener sa tribu, son peuple, comme dans la Génèse, au Pays de Canaan. Épique randonnée, dont le but réel est de conclure avec Dieu une cinquième alliance, une alliance qui apporterait enfin paix et prospérité à ces peuples qui souffrent depuis si longtemps. Critique vive mais constructive des effets des religions, dans une langue magnifique et inspirée, Boualem Sansal garde le vif espoir que cette alliance est, sinon à portée de main, du moins possible dans un futur proche pour autant que les hommes cessent d’utiliser la religion à des fins politiques, destructives et sectaires.
PPB

Dernier roman de cette Lettre du mois d’octobre, Histoires de la nuit , de l’excellent Laurent Mauvignier.

Histoires de la nuit, Laurent Mauvignier


Histoires de la nuit
Laurent Mauvignier
Éditions de Minuit
Date de parution : 3 septembre 2020
ISBN :  9782707346315, 640 pages, 26.16€
Laurent, fais moi peur !
Vous aurez peur, une peur grandissante, une angoisse qui se nourrit peu à peu d’une série d’histoires de plus en plus terrifiantes, des histoires qui nous terrifient parce qu’elles sont proches de nous. Certes elles se passent à la campagne, mais lettres anonymes et vrais méchants ne sont pas l’apanage de la province. La force de ces histoires vient d’abord de la prose de Laurent Mauvignier. La phrase avance, lente, puissante, marquante, elle nous emporte comme une vague, une lame de fond. 640 pages et pourtant jamais le récit ne s’essouffle, bien au contraire, il gonfle et gagne en force. Qui donc  sont ces rôdeurs, qui donc envoie les lettres anonymes ?  Laissés-pour-compte, cassés, vindicatifs et revanchards ou apeurés et fragiles, les personnages de Laurent Mauvignier ont de l’épaisseur, de la substance, ils vivent, agressent, menacent. Que s’est-il passé dans ce hameau au nom étrange : “L’écart des trois filles seules“. Si vous aimez avoir peur vous dévorerez ce livre, mais âmes sensibles, êtres impressionnables, passez votre chemin.
PPB

Les recommandations de Tiphaine Hubert
Libraire au Temps Retrouvé

Malgré tout,  Jordi Lafebre


Malgré tout
Jordi Lafebre
Dargaud
Date de parution : 25 septembre 2020
ISBN : 9782505081500, 152 pages, 24.53€

“Malgré tout”, c’est l’histoire d’Ana et Zeno. Ana vient de prendre sa retraite après 30 ans de bons et loyaux service rendus à ses administrés en tant qu’élue. Sa ville elle a voulu la fuir plus jeune et pourtant elle y a été comblée. Dans cette ville, elle est devenue maire et puis elle est devenue mère. Avec son mari Giuseppe, ils y ont vécu de longues et belles années. Zeno, lui, il l’a quittée cette ville. C’est pas un pressé notre héros : il aura mis quarante ans à terminer sa thèse. Il a passé du temps en mer, à chercher des réponses, et puis il est revenu tenir la librairie familiale. Mais pour notre jeune doctorant sexagénaire il est temps de fermer boutique. C’est dans cette même ville que Zeno et Ana se retrouvent trente sept ans après. Après quoi ? Et bien si l’album s’ouvre par ce happy end au clair de lune, c’est pour mieux remonter le temps et nous raconter cette histoire d’amour à rebours. Nous avions l’habitude de voir Jordi Lafebre illustrer les histoires de Zidrou (“Lydie”, “La mondaine” ou encore “Les Beaux étés”. Vous pouvez d’ailleurs retrouver cette dernière série en boutique.), le voici scénariste pour la première fois avec cette bande dessinée de quelques cent-cinquante pages. Et nous en sommes ravis ! Pas de suspens ici mais une belle description du cheminement que suivent les relations humaines. Un roman graphique qui vous réjouira par son histoire mais aussi par l’ingéniosité de son récit et la beauté de son dessin, un dessin classique, intemporel. Notre auteur manie la narration comme il manie ses pinceaux : avec grâce et justesse. Un grand bravo à Jordi Lafebre qui nous rappelle que pour l’amour comme pour la science, il n’est jamais trop tard.
Tiphaine Hubert

Littérature JEUNESSE

La plus belle crotte du monde, Camille Garoche et Marie Pavlenko (à partir de 4 ans)


La plus belle crotte du monde
Camille Garoche et Marie Pavlenko
Éditions Little Urban
Date de parution : 18 septembre 2020
ISBN : 9782374083087, 32 pages, 17.33€

Cela commence avec une souris. Toute petite et toute grise, avec ses mignonnes petites pattes et ses oreilles adorables, la voilà qui crie bien haut et fort qu’elle fait la plus belle crotte du monde ! C’est ainsi que commence le grand défilé. tous les animaux vont y aller de leur petite et grosse contribution. Mais tout à coup, voilà qu’arrive le chasseur.  Un album coloré et vif, dessiné par la merveilleuse Camille Garoche (Suivez le guide, Fox’s garden) et scénarisé par l’autrice jeunesse Marie Pavlenko (Le livre de Saskia). Parfait pour identifier les déjections des petits et grands animaux durant les balades automnales et pour rire un bon coup ! A partir de quatre ans.
Tiphaine Hubert

Le Talisman du loup, Myriam Dahman, Nicolas Digard et Júlia Sardà (à partir de 5 ans)


Le Talisman du loup
Myriam Dahman, Nicolas Digard et Júlia Sardà
Gallimard Jeunesse
Date de parution : 8 octobre 2020
ISBN : 9782075146005, 46 pages, 16.24€

Dans une sombre forêt là-haut dans le nord, un loup guette tous les matins une jeune femme qui vient chercher de l’eau. Pour la dévorer? Non, il est là pour l’écouter chanter. Mais un matin la femme aux longs cheveux bruns ne vient pas. Pour pouvoir être à ses côtés, le loup va partir à la recherche d’un talisman. Quel merveilleux ouvrage que nous offre la section jeunesse de Gallimard dans une édition plus que soignée. Cette histoire est à lire au coin du feu pour savourer cette ambiance de cabane nordique en pleine nature. Les auteurs nous y parlent d’amour, de deuil et de partage au travers d’un graphisme qui n’est pas sans rappeler Tove Jansson et les aventures de ses Moomins. Il est fort à parier que cet album trouvera sa place dans les bibliothèques des petits comme des grands. Un conte à  lire à partir de cinq ans, à dévorer par tous les admirateurs de beaux livres.
Tiphaine Hubert

Sam et le martotal, Louise Mey et Libon


Sam et le martotal
Louise Mey et Libon
Éditions La ville brûle
Date de parution : 4 septembre 2020
ISBN : 9782360121250, 72 pages, 10.90€
Sam est la fille du chef. Dans sa tribu, ce qu’il y a de très important, se sont les Traditions. A la naissance, chaque enfant se voit remettre un objet. Pas de surprise ici : les garçons reçoivent une plarmure, pour faire la bagarre, et les filles un martotal, pour cueillir les flommes et peigner les bloutons. Sauf que cette plarmure, les garçons mettent beaucoup de temps à la remplir et parfois, ils ne la remplissent jamais et elle les embête plus qu’elle ne les aide. Et ce martotal qu’il faut toujours avoir sur soi, car c’est la Tradition,  il empêche les filles de sauter et de jouer ! Et puis Sam, elle, elle voudrait faire autre chose que cueillir les flommes et peigner les bloutons. Alors après une énième dispute avec son père, la voilà qui part à l’aventure pour faire une tribu de un dans laquelle elle changera ces horribles règles de la Tradition. Mais peut-être que Sam n’est pas la seule à ne plus comprendre pourquoi on suit toujours ces règles édictées il y a trop longtemps par on ne sait plus qui…

Louise Mey, autrice de La deuxième femme écrit aussi pour les enfants ! Retrouvez sa plume dégagée de sa noirceur mais pas de ses combats, associée au dessin de Libon, génial auteur des séries “Animal lecteur” et “Les cavaliers de l’apocadispe”. L’histoire de Louise Mey illustrée par Libon vous rappellera les belles “lisse poire” et ses mots tordus. Quel bonheur que ce petit récit pas trop compliqué et pourtant si original qui traite des stéréotypes. A lire pour réfléchir autant que rire, dès 7 ans.
Tiphaine Hubert

___________________________________________________________________

Les événements de l’Échappée Belle

Chères Amies et Chers Ami de l’Échappée Belle, nous sommes heureux et fiers de vous présenter le programme de la deuxième édition de Tapis Rouge.

Malgré les nombreuses difficultés rencontrées en raison des restrictions liées au Covid, toute l’équipe de Tapis Rouge a réussi a maintenir le cap. Sauf nouvelles mesures sanitaires, nous vous attendons nombreuses et nombreux la semaine prochaine.

Sachez que les Amis et Amies de l’Échappée Belle bénéficient d’une réduction sur le prix des places. Afin de bénéficier de cette réduction, il vous suffit d’envoyer une demande à info@echappéebelle.nl

Pour connaitre tout de la sélection Tapis Rouge cliquer ici : Tapis Rouge PROGRAMME

Pour la soirée d’ouverture le jeudi 5 novembre et pour voir les films dans d’autres villes en dehors d’Amsterdam réservez vos places Pathé Cinémas:

Pour la suite du programme à Amsterdam, réservez vos places au FilmHallen :

Réservations FilmHallen

Venez nombreux voir les films de la sélection Tapis Rouge dans le respect des règles sanitaires COVID.
Pour plus d’information sur les mesures COVID cliquer ici : COVID
__________________________________________________________________

L’Échappée Belle remercie chaleureusement Carine Bougnague et Dorine Lebreton ainsi que toute l’équipe de l’Alliance Française d’Amsterdam et Marc Smit et toute l’équipe de CINÉART pour leur contribution à l’organisation de cette deuxième édition de Tapis Rouge.

Ceux qui nous soutiennent :

Tapis Rouge reçoit un soutien important du Ministère de l’Europe et des affaires étrangères, ainsi que celui d’UNIFRANCE.

Tapis Rouge reçoit le soutien de TV5 MONDE

Pour accéder à la bande annonce du programme spécial de TV5 Monde sur Éric Rohmer
cliquer ici : TV5 Monde (LTR) : Éric Rohmer

Tapis Rouge reçoit aussi le soutien de :

et du restaurant Arles :


Govert Flinckstraat 251, 1073 BX Amsterdam
Réservations : arles-amsterdam.nlthefork.nl