Mars 2021, réouverture !
Le 17 mars 2021 | 0 Commentaires

 

Paris sous la pluie, Gustave Caillebotte, 1877, Art Institute of Chicago

Mars et ses giboulées sont là. Les giboulées, ces averses dans lesquelles neige fondue et grêle se mêlent à la pluie ne nous empêcheront pourtant pas de vous recevoir ! Nous pouvons donc enfin, depuis le 3 mars, réouvrir la librairie, mais uniquement sur rendez-vous. Vous trouverez au pied de la Lettre les instructions qui vous permettront de prendre rendez-vous.

Parmi les nouveautés de ce mois de mars le dernier roman de Delphine de Vigan, qui s’intitule Les enfants sont rois, et qui traite du sujet très actuel de l’envahissement du quotidien par les réseaux sociaux, de leurs excès et des dégâts qu’ils causent chez les enfants. Florence Aubenas mène à nouveau l’enquête dans L’inconnu de la poste, meurtre dans une petite ville du Jura. Éric-Emmanuel Schmitt quant à lui se lance dans un travail colossal : raconter l’histoire de l’humanité. Cette épopée s’appelle La traversée des temps dont le premier tome, publié ce mois-ci, s’intitule Paradis perdus. Philippe Sollers, avec le talent que nous lui connaissons, nous fait partager dans Légende ses réflexions sur le temps présent et dans Agent secret continue à nous parler de lui et de son enfance bordelaiseEt puis la revue par Clément Magneau du dernier livre d’Hédi Kaddour, La nuit des orateurs, et d’autres livres, des essais, des livres pour les petits choisis par Tiphaine Hubert, et enfin beaucoup de parutions en format poche, de titres importants comme Choses humaines de Karine Tuil, Miroir de nos peines de Pierre Lemaitre, Soif d’Amélie Nothomb et bien d’autres encore.

Somme toute un beau programme pour meubler vos dernières soirées (espérons-le) sous couvre-feu de ce mois de mars.

Les enfants sont les rois, Delphine de Vigan


Les enfants sont les rois
Delphine de Vigan
Collection Blanche, Gallimard
Date de parution :  4 mars 2021
ISBN :  9782072915819, 352 pages, 21.80€
Le nouveau roman de Delphine de Vigan a pour thème les abus que certains parents font subir à leurs enfants en les médiatisant à outrance sur les réseaux sociaux. Mélanie rêve d’être célèbre et cela tourne vite à l’obsession. Éliminée des dernières sélections du Loft, émission de télé-réalité des années 2000, elle ne s’avoue pas vaincue. Elle décide, à la naissance de son deuxième enfant, une petite fille vive, intelligente et ravissante, de créer une chaine Youtube qui sera consacrée à ses enfants. Deux à trois fois par semaine les deux enfants, son fils et sa fille, sont filmés dans leur vie quotidienne et en particulier à l’occasion des achats de jouets, de vêtements etc. La chaine devient très populaire, elle compte après quelques années plus de 5 millions d’abonnés, et apporte à Mélanie et son mari la fortune, les marques, les sponsors et Youtube payant fort cher la publicité que la chaine de Mélanie leur apporte. La fortune et la célébrité oui, mais à quel prix ? La contestation gronde et Mélanie se voit fortement critiquée pour ce que plusieurs associations de protection de l’enfance considèrent comme une exploitation destructrice des deux enfants. Et puis survient un événement qui va bouleverser la vie de Mélanie. Les fans de Delphine de Vigan retrouveront  avec grand plaisir ce roman bien construit, un livre prenant comme un polar. Très actuel, le nouveau roman de Delphine de Vigan dénonce la médiatisation à outrance de la vie privée, dans ses détails les plus insignifiants, l’inconscience (ou non) des parents qui utilisent sans vergogne leurs enfants pour tenter de satisfaire leurs propres besoins et palier leurs manques. PPB

L’inconnu de la poste, Florence .


L’inconnu de la poste
Florence Aubenas
Éditions de l’Olivier
Date de parution : 5 février 2021
ISBN : 9782823609851, 240 pages, 20.71€
Florence Aubenas, grand reporter au journal Le Monde, sait raconter. Vous vous souviendrez sans doute de son remarquable livre, Quai de Ouistreham, un compte-rendu de l’enquête qu’elle a menée, endossant pendant six mois la peau d’une femme de ménage travaillant, dans des conditions extrêmement dures, sur les bateaux qui font la navette entre l’Angleterre et la France. Cette fois Florence Aubenas enquête sur un crime commis dans une toute petite ville du Jura. Une jeune femme, seule employée d’un bureau de poste auxiliaire, est assassinée. Un vagabond, drogué, ancien acteur en déconfiture est assez rapidement soupçonné. Vous serez pris par ce récit, véritable roman policier. Une fois encore Florence Aubenas nous parle, avec une grande justesse, sans pathos aucun, de cette France des campagnes où la vie est dure et âpre, mais où il est encore possible d’y trouver, peut-être plus que dans les grandes villes anonymes, une certaine chaleur humaine. Une réussite. PPB

Arbre de l’oubli, Nancy Huston


Arbre de l’oubli
Nancy Huston
Actes Sud
Date de parution : Mars 2021
ISBN : 9782330146917, 320 pages, 22.89€
Nancy Huston avec Arbre de l’oubli, raconte une saga familiale sur trois générations. Ce livre ne vous laissera pas indifférent. Constitué de courts chapitres, chacun consacré à un personnage, le recours constant au procédé du retour en arrière créé un rythme et une tension qui emportent le lecteur dans cette saga familiale entre les Étas-Unis et l’Europe.
Joël Rabenstein, intellectuel brillant, professeur d’anthropologie à Columbia est né d’une famille marquée par la Shoa. Lily Rose Darrington, protestante, d’origine irlandaise et anglaise, a vécu une enfance solitaire et douloureuse. Ils se rencontrent, s’aiment et se marient. Ils souhaitent ardemment avoir un enfant mais n’y parviennent pas. Shayna, leur fille, est née d’une mère porteuse. Shayna est fragile, sensible et très perturbée par les excès et les errements de la société américaine. Le féminisme, le statut de la femme, les violences qu’elles subissent dans une société essentiellement dominée par les hommes, un racisme quasi institutionnel, sont source, pour Shayna, d’interrogation mais aussi d’angoisse. Les origines de sa mère biologique, l’éducation humaniste qu’elle reçoit de ses parents, mais aussi son propre vécu d’enfant brillant, unique, adulé par son père, vont progressivement conduire Shayna à se révolter contre une société américaine injuste et raciste, dont la prospérité a été construite sur les cadavres des esclaves africains ” (…) quand les diplômés d’Harvard avancent solennellement le long des allées bordées d’arbres au milieu des vénérables bâtisses en briques recouvertes de lierre dans la paix de leur campus distingué, ils écrasent sous leurs pieds le crâne de plusieurs générations d’Africains-Américains (…)”(Page 279). Cette révolte, la colère insensée qu’elle suscite, finiront-elles par détruire Shayna ? L’arbre de l’oubli la sauvera-t-elle de ces voix intérieures qui l’obsèdent et la tuent, échappera-t-elle à ce cauchemar ? Vous ne le saurez qu’à la toute fin du livre ! PPB

Nancy Huston est canadienne et écrit en français et en anglais. Son enfance et son adolescence sont une source récurrente d’inspiration pour ses romans. Abandonnée par sa mère, professeure, féministe et militante, alors qu’elle six ans, Nancy Huston est élevée par son père avec son frère ainé et sa petite soeur. Au début des années soixante-dix elle entre à L’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) sous la direction de Roland Barthes.

La traversée des temps : , Paradis perdus, Éric-Emmanuel Schmitt

La traversée des temps : 1, Paradis perdus
Éric-Emmanuel Schmitt
Albin Michel
Date de parution : 3 Février 2021
ISBN : 9782226450227 , 576 pages, 24.96€
Cette Traversée des temps affronte un prodigieux  défi : raconter l’histoire de l’humanité sous la forme d’un roman. Faire défiler les siècles, en embrasser les âges, en sentir les bouleversements, comme si Yuval Noah Harari avait croisé Alexandre Dumas. Depuis plus de trente ans, ce projet titanesque occupe Eric-Emmanuel Schmitt. Accumulant connaissances scientifiques, médicales, religieuses, philosophiques, créant des personnages forts, touchants, vivants, il lui donne aujourd’hui naissance et nous propulse d’un monde à l’autre, de la préhistoire à nos jours, d’évolutions en révolutions, tandis que le passé éclaire le présent. Paradis perdus lance cette aventure unique. Noam en est le héros. Né il y a 8000 ans dans un village lacustre, au cœur d’une nature paradisiaque, il a affronté les drames de son clan le jour où il a rencontré Noura, une femme imprévisible et fascinante, qui le révèle à lui-même. Il s’est mesuré à une calamité célèbre : le Déluge. Non seulement le Déluge fit entrer Noam-Noé dans l’Histoire mais il détermina son destin. Serait-il le seul à parcourir les époques ? (Note de l’éditeur)

Le voleur d’amour, Richard Malka

Le voleur d’amour
Richard Malka
Grasset
Date de parution : 3 février 2021
ISBN : 9782246825814, 224 pages, 20.71€
Me Malka, avocat combattif et de grand talent, qui défend, entre autres causes, celle de Charlie Hebdo dans les nombreux procès en diffamation, nous livre un premier roman, un roman noir, fort réussi. PPB

«  J’ai assisté à ton réveil ce matin, Anna. Je dis « assisté » car il ne me reste que trois matins à vivre et lorsque la fin est imminente, chaque réveil de l’être aimé est un événement. Nous avons échangé un baiser que j’ai écourté pour ne pas te tuer.  Il est chaque jour plus difficile de résister…  »
Ainsi se confesse Adrian van Gott, le collectionneur d’art sans âge dont nul ne connaît la fortune  : dans sa maison, sa forteresse des beaux quartiers de Manhattan, il a amassé des livres, des tableaux, des souvenirs de siècles passés… Adrian est une énigme. Mystérieux, douloureux, épuisé par les siècles déjà vécus, torturé de ne pouvoir toucher la femme qu’il aime… Qui est-il, et quel drame a-t-il connu dans la Venise des années 1780 avant de découvrir son étrange et monstrueux pouvoir  ? Pour Adrian, l’amour se vole et ne se gagne jamais. Et si aimer une femme à travers les siècles est une malédiction, c’est aussi le plus beau des destins. De Constantinople aux bas-quartiers de la Londres pré-victorienne, du Paris de la Révolution au New-York numérique, un grand roman noir et vampirique. (Note de l’éditeur)

Laisse courir la main, Noëlle Châtelet


Laisse courir la main
Noëlle Châtelet Seuil,
Collection Le Cadre Rouge
Date de parution : 4 février 2021
ISBN : 9782021465136, 272 pages, 20.71€
Auteure de nombreux essais et récits sur le rapport que nous avons à notre corps, Noëlle Châtelet est aussi connue pour son travail sur les conditions de fin de vie et en particulier sur le droit de chacun à décider quand mourir. La dernière leçon, livre paru en 2004, consacré à sa mère et à sa décision de mourir au jour et à l’heure qu’elle aura seule choisis, a fait débat. Le livre a été adapté au cinéma par Pascale Pouzadoux et interprété par Sandrine Bonnaire et Marthe Villalonga. Noëlle Châtelet parle avec beaucoup de sensibilité de cette adaptation, du sentiment inévitable de dépossession de son oeuvre mais aussi de ce que le regard des autres peut nous apprendre sur nous-mêmes. Dans Laisse courir la main, elle revient sur sa vie et ses oeuvres, comment elle a été amenée à les écrire. Noëlle Châtelet, égrenant ses souvenirs, dresse l’inventaire de ses obsessions et nous fait partager son processus de création. PPB

Légende, et Agent secret, Philippe Sollers


Légende
Philippe Sollers
Collection Blanche, Gallimard
Date de parution : 4 mars 2021
ISBN : 9782072907166, 128 pages, 13,63€
Les représentants du vieux Dieu mort et de la vieille littérature sont destitués, mais continueront à parler et à écrire comme si de rien n’était, ce qui est sans importance, puisque plus personne n’écoute ni ne lit vraiment. Les Banques, le Sexe, la Drogue et la Technique règnent, la robotisation s’accélère, le climat explose, les virus poursuivent leurs ravages mortels, et la planète sera invivable pour l’humanité dans trente ans. Malgré tout, un nouveau Cycle a déjà commencé, et les masques tombent. À vous de juger.” Ph. Sollers

Agent secret, Philippe Sollers


Agent secret
Philippe Sollers
Mercure de France, collection Traits et portraits date de parution : 4 mars 2021
ISBN : 9782715254350, 200 pages, 19.62€
Il y a de la magie dans la vie et dans l’œuvre de Philippe Sollers, écrivain, éditeur, critique, solitaire, paradoxal, et merveilleux visionnaire. Une magie née de sa passion pour la littérature, la poésie, la nature et la musique, pour la rencontre amoureuse, pour l’art du secret et de l’intime. Philippe Sollers, en agent secret ? Tel est le pari de ce singulier et bouleversant autoportrait. (Note de l’éditeur)

Clément Magneau, libraire au Temps Retrouvé a lu pour vous :
La nuit des orateurs d’Hédi Kaddour


La nuit des orateurs
Hédi Kaddour
Collection Blanche, Gallimard
Date de parution : 14 janvier 2021
ISBN : 9782072900891, 368 pages, 22.89€
Six ans après les Prépondérants, Hédi Kaddour publie un roman d’un tout autre genre et tout aussi remarquable, tant par la qualité de son écriture que par son art du récit, sur un sujet rarement traité en littérature, la tyrannie. Et d’emblée de poser la question : « Que peut-on dire, que peut-on faire sous la tyrannie ? ». La réponse, nous ne la connaissons hélas que trop bien, c’est qu’il n’y a rien que l’on puisse dire, si ce n’est au risque de sa vie, et que la seule chose que l’on puisse faire, c’est soit se résigner et vivre dans la peur, soit éliminer le tyran, là encore au risque de sa vie. Car, comme l’histoire nous l’enseigne ad nauseam, qui dit tyrannie dit folie meurtrière et cycle d’assassinats sans fin, ou sans autre fin que celle du tyran. Dans cet ouvrage, où fiction et réalité se mêlent étroitement, la scène de ce théâtre sanglant est celle du règne de Domitien (82-96 après JC). « Domitien, qui, contrairement à Néron, nous dit Hédi Kaddour, n’est pas fou. Il sait gouverner. Il n’y a que cette obsession du complot qui l’empêche de bien gouverner. Mais elle lui permet en même temps de rester au pouvoir. » Ah, le pouvoir ! Qu’est-ce donc qui se cache derrière la soif de pouvoir et ce besoin irrépressible qu’ont certains hommes de gouverner, autrement dit de dominer leurs semblables ? Ici, face au tyran, les principaux protagonistes de l’histoire sont les sénateurs, autrement appelés aussi orateurs, au premier rang desquels Tacite et Pline le jeune, tous deux serviteurs proches du prince et comme tels, victimes privilégiées. Hédi Kaddour use avec maestria de la fiction pour représenter une réalité aussi proche que possible de la vérité historique, jusque dans ses détails les plus insignifiants parfois, en apparence. Bref, il s’agit là d’une oeuvre capitale, qui nous entraine au coeur même de cette folie propre aux hommes de pouvoir, quand chez ceux-ci la peur finit par l’emporter sur le souci de la chose publique, pour faire place au seul et unique souci de soi-même et de la conservation du pouvoir à n’importe quel prix. Il faut s’arrêter en particulier sur le chapitre 12 du livre, qui en est comme le point culminant, et qui se conclut sur cette réflexion un rien désabusée de l’auteur : « Tout cela en dit long sur l’état des esprits, sur la variété des sentiments que l’on peut éprouver à l’ égard d’un tyran, une variété qui va de la peur haineuse à la haine craintive, et fait que la masse d’une assemblée, tant qu’elle ne s’estime pas menacée en bloc, soudée en bloc par la menace, tant que chacun de ses membres peut se dire que la foudre sera pour le voisin, cette masse peut, comme à son habitude, reporter sa réaction ad kalendas graecas, laissant comme on dit les choses suivre son cours. » Paul Valery dans ses Cahiers nous a laissé des réflexions passionnantes sur la poésie et la littérature en général. Entre autres, celle-ci : « Le but d’un ouvrage – honnête – est simple et clair :  faire penser. Faire penser, malgré lui, le lecteur. Provoquer des actes internes. Tel est le but napoléonique de l’écrit. » La Nuit des orateurs, à ce qu’il me semble, appartient pleinement à cette catégorie d’ouvrage, c’est à dire tout simplement au nec plus ultra. Clément Magneau

Essais

Penser librement, Hannah Arendt


Penser librement
Hannah Arendt
Payot
Date de parution : février 2021
ISBN : 978222892757574, 320 pages, 27.25€

Penser, c’est apprendre à désobéir, à ne pas se soumettre ou obéir à des idéologies. Ce recueil en grande partie inédit d’essais, interviews, conférences, discours, critiques littéraires, depuis un essai sur le travail et l’action jusqu’à des textes sur la liberté et la condition humaine, en passant par un remarquable “Hannah Arendt par Hannah Arendt”, montre ce que penser librement veut dire : sans appuis ou garde-fous, sans les piliers de la religion, de la morale, de la politique ou de la philosophie, interroger sans répit au lieu d’offrir des réponses figées. (Note de l’éditeur)

La story de la langue française, Jean Pruvost


La story de la langue française
Jean Pruvot
Tallandier
Date de parution : 24 septembre 2020
ISBN : 9791021028395, 368 pages, 32.59€

La story ou la storie ? C’est que cela change tout, le premier mot est anglais, le second est  français. Mais lequel s’est manifesté en premier ? Qui a emprunté tel mot ou tel mot à l’autre ? Pourquoi y a-t-il tant de mots en commun ? À dire vrai, les surprises sont nombreuses parce que l’histoire des deux langues est mêlée de manière plus intriquée qu’on ne l’imagine. Pourtant, on a bien affaire à deux langues distinctes, l’une germanique, l’autre romane. À ces questions et à mille autres, on trouvera réponse dans ce passionnant voyage au cœur de la langue française. Grâce à son érudition époustouflante, Jean Pruvost conte pour notre plus grand bonheur l’histoire de la langue française. Mêlant nombreux exemples et anecdotes savoureuses à des explications parfois surprenantes sur l’origine des mots, Jean Pruvost signe là un ouvrage destiné à tous les amoureux de la langue française. (Note de l’éditeur)

Les sorties en Poche

Papa, Régis Jauffret (Points)
Régis Jauffret, à l’occasion d’une image furtive entrevue par hasard en regardant un documentaire sur Vichy, reconnait son père arrêté par la Gestapo dans la rue même de son enfance. Il cherche alors à connaitre l’histoire de son père. PPB
Les choses humaines, Karine Tuil (Folio)
Après un long travail de recherche qui l’amène à lire des dizaines de rapport de police et à suivre plusieurs porcès, Karine Tuil raconte l’histoire d’un viol en se concentrant sur l’attitude des parents, elle montre le long chemin proche d’un calvaire que la victime doit suivre pour obtenir justice. Le procès et ses suites  ne seront pourtant pas suffisants pour effacer et réparer, la cicatrice restant à jamais ouverte. PPB
Le ghetto intérieur, Santiago H. Amigorena (Folio)
Le livre de Santiago Amigorena, salué par la critique, était un des grands favoris des grands prix littéraires en 2019, sans pour autant qu’aucun ne lui soit décerné. Grand roman sur les origines et l’immigration. Un livre magnifique, émouvant, une vision, une perception des horreurs perpétrées par les Nazis  dans le Ghetto de Varsovie, lointaine et distanciée, mais d’une acuité et d’une justesse troublantes. Ce récit donne un éclairage original et vif sur un des innombrables effets dévastateurs et durables dans des pays, pourtant épargnés par la guerre qui sévissait en Europe, des crimes perpétrés par le Troisième Reich. PPB
Les furtifs, Alain Damasio (Folio SF)
Ils sont là parmi nous, jamais où tu regardes, à circuler dans les angles morts de la vision humaine. On les appelle les furtifs. Des fantômes ? Plutôt l’exact inverse : des êtres de chair et de sons, à la vitalité hors norme, qui métabolisent dans leur trajet aussi bien pierre, déchet, animal ou plante pour alimenter leurs métamorphoses incessantes. Lorca Varèse, sociologue pour communes autogérées, et sa femme Sahar, professeure errante dans la rue pour les enfants que l’éducation nationale, en faillite, a abandonnés, ont vu leur couple brisé par la disparition de leur fille unique de quatre ans, Tishka – volatilisée un matin, inexplicablement. (Note de l’éditeur)
Otages, Nina Bouraoui (Le Livre de Poche)
Ce court récit décrit au pas de charge la rapide descente aux enfers d’une quinquagénaire, femme fidèle et employée modèle qui, du jour au lendemain se voit abandonnée par son mari et rejetée par son employeur, auquel pourtant, en bon soldat, elle avait, sans broncher, obéi au doigt et à l’oeil sans contre-partie ni reconnaissance réelle. Alors, elle se révolte, et l’on comprend que ce comportement d’épouse et d’employée idéale, que cette révolte ont une même source, une même origine… Otages a reçu le Prix Anaïs Nin 2020. PPB
Soif, Amélie Nothomb (Le Livre de Poche)
Dernier roman en lice pour le Goncourt 2019 ce sera celui de Jean-Paul Dubois qui sera finalement choisi. Pourtant Amélie Nothomb nous livrait avec Soif un récit d’une grande maturité, roman qu’elle portait depuis plusieurs années déjà. Soif, est le récit de la Passion du Christ racontée par lui même; depuis son procès durant lequel il découvre, muet et meurtri, que tous les témoins à charge sont ceux qu’il a sauvé et guéri par ses miracles, jusqu’à sa résurrection. La Passion selon Amélie Nothomb nous montre un Christ, humain, qui souffre et aime dans sa chair.  Amélie Nothomb parvient à transformer l’histoire la plus célèbre au monde, histoire que l’on croyait connaitre par coeur, en un roman tendu dont on tourne les pages avec empressement pour en connaitre la suite. PPB
Love me tender, Constance Debré (J’ai Lu)
Dans une langue crue, brute, qui n’est pas sans rappeler celle de Virginie Despentes, directe, factuelle, “à l’os”, Constance Debré raconte la vie d’une femme quarantenaire, proche, selon ses propres dires, d’elle même, qui largue les amarres et abandonne tout, se dépouille de tout, son métier d’avocat, sa maison, de toutes obligations et de tous devoirs. Dans ce deuxième roman Constance Debré continue sa quête identitaire, sans fard ni protection, elle se découvre, se met à nu. Sans conteste une vraie “voix”, un style envoutant, serré, qui emporte. PPB
La deuxième femme, Louise Mey (Pocket)
Sandrine vit dans cette maison qui n’est pas la sienne, avec cet homme et ce petit garçon qui sont maintenant les siens. Cet homme, elle en est tombée amoureuse dès qu’elle l’a vu, à la télévision, pleurer son épouse évanouie dans la nature dont on a retrouvé que les vêtements. Le bonheur de Sandrine est fragile, comme l’image qu’elle a d’elle même. Alors quand la première femme revient, vivante, la réalité lissée de ce bonheur artificiel tombe en morceaux.  Un roman noir sur la thématique des violences conjugales. Un récit puissant à la narration monstrueusement moderne dont la lecture vous tiendra en apnée jusqu’à la libération des dernières pages. Une fiction nécessaire comme une main tendue à celles qui n’ont pas la possibilité de témoigner. Tiphaine Hubert
Une bête au paradis, Céline Coulon (Le Livre de Poche)
Une Bête au Paradis est l’histoire d’une lignée de femmes possédées par leur terre. Un huis clos fiévreux hanté par la folie, le désir et la liberté. La vie d’Émilienne, c’est le Paradis. Cette ferme isolée, au bout d’un chemin sinueux. C’est là qu’elle élève seule, avec pour uniques ressources son courage et sa terre, ses deux petits-enfants, Blanche et Gabriel.(…) (Note de l’éditeur)
Transparence, Marc Dugain (Folio)
Transparence est un livre de science-fiction, une dystopie dans laquelle Marc Dugain nous projette 40 années en avant. 2060 est un monde où l’informatique et le numérique sont les maitres de nos vies, un monde qui serait contrôlé par Google. 2060, un monde dans lequel l’immortalité est à portée de main. Atteindre le rêve d’« Une vie sans fin » pour reprendre le titre du roman de Frédéric Beigbeder, serait-il possible ?  l’humanité pourra-t-elle être sauvée ? qui seront les élus ? qui sont ceux qui mériteront l’éternité ? PPB
Miroir de nos peines, Pierre Lemaitre (Le Livre de Poche)
Après Au revoir là-haut et Les couleurs de l’incendie, voici le très attendu troisième et dernier volet de la trilogie, Les enfants du désastre. Peu de lien avec les deux précédents volumes hormis la présence d’un des personnages principaux qui apparaissait dans le deuxième tome de la trilogie. Pour autant, ce dernier livre est tout aussi prenant si ce n’est plus que les deux autres, peut-être parce qu’il parle d’une période douloureuse de notre histoire qui reste encore, pour beaucoup de français, un sujet sensible et polémique. PPB

Jeunesse, deux livres pour les petits

Les recommandations de Tiphaine Hubert, libraire au Temps Retrouvé

Le club des amis, Sophie Guerrive (à partir de 6 ans)

Le club des amis
Sophie Guerrive
Éditions 2024
Date de parution : septembre 2020
ISBN : 9782901000440, 56 pages, 13,08€
Si vous ne connaissez pas encore Sophie Guerrive, il est très important de vous plonger incessamment dans les aventures de “Tulipe” dans lesquelles on retrouve ce fameux échange “Tu n’aimes pas la vie ?” “Avec des pauses crêpes ça va.” (Tulipe, tome 2) Et avouez qu’en ce moment, nous avons tous besoin de pauses crêpes. Depuis septembre 2020, les aventures de l’ours et de ses amis se partagent aussi avec les enfants grâce à cet album primé en janvier dernier par le Fauve Jeunesse d’Angoulême : Le Club des amis. Retrouvez, dans ce premier album composé de courtes histoires, Crocus le serpent, Violette l’oiselle et, évidemment, l’ours Tulipe. Des personnages plus jeunes, mais un récit tout aussi philosophique ! Un petit bonheur coloré à lire à partir de 6 ans. Tiphaine Hubert

Un poney à Paris, Claire Braud (à partir de 3 ans)

Un poney à Paris
Claire Braud
EDL
Date de parution : 3 février 2021
ISBN : 9782211305334, 40 pages, 14.17€
Un tout petit poney se rend à Paris pour visiter la ville. Il prend le train, le métro mais aussi le taxi et le bateau-mouche. Il va découvrir les plus grands monuments et les différents quartiers mais aussi la foule parisienne ! Suivez Richie au travers d’un Paris coloré, à la population débordante de diversité, du pied de la tour Eiffel au salons de coiffure de Château Rouge. On aime le parcours initiatique, les grandes illustrations très détaillées et le shoot de ce qu’il y a de plus vivant dans la vie Parisienne. Un album signé Claire Braud à découvrir à partir de 3 ans. Tiphaine Hubert

Réouverture de la librairie

La librairie est enfin ouverte, mais uniquement sur rendez-vous, deux fois par semaine, par créneau de 15 minutes :
– le mercredi de  12 à 17 heures
– le samedi de 14 à 18 heures

 Prenez rendez-vous

– par notre calendrier sur notre page Facebook
– par courrier électronique : info@letempsretrouve.nl
– par téléphone : 020 3376125 (du lundi au vendredi de 10 à 12 heures)

Consignes 

Prenez rendez-vous   quatre heures à l’avance   Nettoyez-vous les mains avec le gel mis à disposition à votre arrivée.
Durée de la visite : 15 minutes    Portez un masque
Venez seul !Gardez une distance de 1,5 mètre
 
Restez à la maison si vous présentez des symptômes qui peuvent être l’indication d’une contagion COVID, et reportez votre rendez-vous. Payez avec la carte bancaire, ou un moyen digital « sans contact »
COMMANDES
  • Nous continuons à prendre vos commandes par email et téléphone ;
  • Récupération de votre commande à la librairie sur rendez-vous le mercredi et le vendredi;
  • Récupération de votre commande dans notre point-relais ouvert tous les jours de la semaine ;

Broodje Art, Prinsengracht 564, 1017 KK Amsterdam
du lundi au samedi de 11 heures à 15 heures et le dimanche de midi à 15 heures.

  • Envoi par la poste, à votre demande, frais de 4,10€ à 6,75€ (jusqu’à 10kg).

Nous sommes heureux de pouvoir enfin vous accueillir même dans des conditions encore restreintes.
Bienvenue à toutes et tous !

L’équipe du Temps Retrouvé
Keizersgracht 529
1017 DP Amsterdam

Copyright © Kz 529 BV, All rights reserved.
Si vous souhaitez ne plus recevoir nos bulletins, cliquer ici :  Merci de me dés-inscrire de vos listes.
https://www.letempsretrouve.nl/boutique/Commandez-nous  vos livres via notre site ou en nous envoyant un message à info@letempsretrouve.nl.
Keizersgracht 529 – 1017 DP, Amsterdam, Tél. +31(0)20 3376125
BTW/TVA N° : NL 8527 65149 B01
Le Temps Retrouvé soutient Tapis Rouge     

Copyright © Le Temps Retrouvé, All rights reserved.