La rentrée littéraire 2018
Le 11 septembre 2018 | 0 Commentaires

Copyright Chapatte

Une rentrée littéraire comme chaque année très riche avec de nombreuses publications. Nous avons  fait un premier choix de livres, choix que nous compléterons dans la prochaine Lettre pour le mois d’octobre qui sera consacrée également aux premières sélections des grands prix littéraires.

Un monde à portée de main, Maylis de Kerangal

Un monde à portée de main
Maylis de Kerangal
Editions Verticales
Date de parution : 16 août 2018
ISBN : 9782072790522, 288 pages, 20,00€

Acheter le livre

Maylis de Kerangal, auteure du poignant roman Réparer les vivants, nous plonge cette fois dans le monde des artisans au grand savoir-faire. Ces  artisans là, d’une exceptionnelle maitrise, peignent en trompe l’oeil plafonds, décors, imitant à la perfection le marbre, la pierre ou toute autre matière. Trois personnages centraux, Paula, Kate et Jonas, jeunes étudiants qui se rencontrent dans une école où l’on apprend, jusqu’à épuisement des yeux et du corps, à voir et à reproduire le grain d’un marbre ou le velouté d’une soie. Dans le style puissant, lancinant et sensuel qui est le sien, phrases longues, succession d’adjectifs, donnant presqu’à les toucher, les sensations ressenties par ses personnages, Maylis de Kerangal nous emporte dans le tourbillon de la vie de Paula, son héroïne. En quête d’identité, d’amour, Paula est passionnée par son art et s’y donne toute entière. De chantier en chantier dans des villes d’Italie, aux studios de la Cinecita à Rome, Maylis de Kerangal nous fait partager sa passion et ses sentiments. De retour en France elle est engagée pour un rare et très particulier chantier. Passion ou refuge dans un art à part entière, pousser jusqu’à la perfection un savoir-faire, et si c’était là une vraie raison de vivre ?

Carnaval noir, Metin Arditi

Carnaval noir
Metin Arditi
Grasset
Date de parution :16 août 2018
ISBN : 9782246816003, 400 pages, 22,00€

Acheter le livre

Superbe nouveau roman de Metin Arditi; avec Carnaval Noir nous sommes de retour dans cette Venise du XVIème qui lui est chère et qui nous avait tant charmé dans Le Turquetto. Carnaval Noir est un roman complexe, remarquablement bien construit. Metin Arditi invente une savante histoire. Complots, meurtres, attentats, extrémistes d’hier et d’aujourd’hui, tous les ingrédients des romans d’aventure et des romans policiers sont présents. Cependant Carnaval Noir est plus que cela (même si Metin Arditi nous montre qu’il maîtrise parfaitement le genre). Dans la construction de son livre il fait preuve d’une grande érudition et d’une précision toute mathématique jusque dans les moindres détails. Autour de faits et personnages réels il invente des intrigues, des situations, des lieux et tout cela sonne vrai. Un roman plus qu’un policier aussi parce que ses personnages ont une substance réelle et sont loin des stéréotypes que l’on y rencontre le plus souvent. Avec Bénédict et son père ce sont les difficiles relations père/fils que l’on retrouve, celles-là mêmes qui nous avaient touchées dans Mon père sur mes épaules. Regard admiratif et douleur de ne pas se voir reconnu et aimer, éternelle blessure.

Le train d’Erlingen ou La métamorphose de Dieu, Boualem Sansal

Le train d’Erlingen ou La métamorphose de Dieu
Boualem Sansal
Gallimard, Collection Blanche
Date de parution : 16 août 2018
ISBN : 9782072798399, 256 pages, 20,00€

Acheter le livre

Dans ce nouveau livre, récit sous forme à la fois épistolaire entre une grande dame et sa fille et de parabole, Boualem fait implicitement référence à l’Allemagne et à la Shoa et pose la question de la responsabilité des hommes et de Dieu pour les crimes commis contre l’humanité. Boualem Sansal creuse son sillon en continuant de dénoncer les errements et méfaits des religions quand elles sont extrémistes et radicales. Livre hommage à Thoreau, Boualem Sansal dénonce le règne des oligarchies dans le monde, alliant argent et religion pour mieux contrôler et manipuler les hommes.

« Le lecteur jugera en fonction de ce qu’il voit autour de lui. Au bout, il tirera de ce récit l’une ou l’autre morale : la première est que le monde est un, il s’y déroule la même éternelle histoire, la quête du bonheur qui jette les gens sur les routes de la vie où les attend plus souvent le malheur que la félicité ; l’autre leçon est que l’Histoire ne sait rien de l’avenir et qu’il peut arriver n’importe quoi, les mêmes ingrédients ne font pas forcément la même soupe, un train peut en cacher un autre et il n’est pas prouvé, loin de là, que Dieu est le meilleur secours. » Boualem Sansal

Nuit sur la neige, Laurence Cossé

Nuit sur la neige
Laurence Cossé
Gallimard, Collection Blanche
Date de parution : 16 août 2018
ISBN : 9782072801273, 144 pages, 13,50€

Acheter le livre

Laurence Cossé nous avais captivé par son récit sur l’histoire folle et rocambolesque du projet Mitterrandien de la Grande Arche de la Défense. Son dernier roman est tout autre. Laurence Cossé nous fait pénétrer dans le milieu fermé de la bourgeoisie catholique de droite au temps du Front populaire. Familles nombreuses, vacances d’été dans de grandes maisons où cousines et cousins se retrouvent, classe préparatoires, amitié, simple et vraie, premiers émois amoureux, l’ombre de Montherlant semble planer sur ce roman bien écrit et sensible. Enseignement catholique et bons pères,amitié virile, joies du sport et du grand air, le ski remplace ici athlétisme et football, tout y est. Robin et Conrad remplacent Alban de Bricoule et Paul de Linsbourg, un même univers, bien oublié, qui vit à nouveau par la belle écriture de Laurence Cossé.

La bonne vie, Mathieu Mégevand

La bonne vie
Mathieu Mégevand
Flammarion
Date de parution : 22 août 2018
ISBN : 9782081425996, 160 pages, 16,00€

Acheter le livre

Découverte, (pour moi en tout cas), du poète Roger Gilbert-Lecomte. Montparnasse des années trente, passes d’armes avec André Breton et les surréalistes, fièvre de la rédaction des revues littéraires, nombreuses à cette époque, joutes oratoires, drogue, alcool et addictions de toutes sortes, Mathieu Mégevand,dans une langue sobre et claire, nous fait vivre, au rythme effréné de ces êtres hors normes qui brûlent leur vie, ces années extraordinaires du Paris littéraire de l’entre-deux- guerres. Vous y rencontrerez Roger Vailland et René Daumal, ses fidèles compagnons, co-rédacteurs de la revue Le Grand Jeu qu’ils ont créée tous les trois, anti-dogme et Rimbaldiène, Antonin Artaud aussi, tous fascinés par ce jeune poète qui disparaitra à 36 ans, le corps usé par la vie et les excès.

En guerre, François Bégaudeau

En guerre
François Bégaudeau
Éditions Verticales
Date de parution : 1er juin 2018
ISBN : 9782072776793, 304 pages, 20,00€

Acheter le livre

En guerre : ce livre est une forte charge du système capitaliste et de ses dérives. Dans un style sec, parfois haché, parfois dur comme la vie des personnages de ce livre, souvent drôle, François Bégaudeau brosse des portraits croisés sensibles et vrais. Dans une grande ville de province, à l’ombre d’une cathédrale, Louisa, la Panthère, championne de boxe poids mouche et son compagnon Cristiano, l’une d’origine Kabyle, l’autre portugaise, sont tous deux en galère, révolte, désespoir puis drame. « Depuis la naissance, c’est trop tard. Qu’est-ce qui est foutu depuis le début ? » Cristiano, chômeur, sombre, s’échappe en s’immergeant dans les jeux d’argent, paris en ligne sur tout et n’importe quoi. Louisa, qui parcoure vingt kilomètres par jour dans un entrepôt d’Amazon, fait la rencontre, improbable, de Romain au pied la cathédrale à l’occasion d’un événement « désir de lire » qu’il anime. Romain est le fils d’une institutrice et d’un ingénieur, études universitaires, Khagne qui ne mène à rien, petits boulots etc. Tendance bobo, un autre « milieu », pour Louisa et puis pour Cristiano Romain, garçon séduisant, gentil et veule, fait partie de ceux « qui ne servent à rien ». Montherlant disait que les gens ont assez peu d’imagination pour croire que l’on se suicide pour une seule raison. Acte extrême, terrible, de Cristiano, qui poussera Romain et Louisa à se battre contre le Système, avec l’aide d’un avocat intelligent et drôle, Alban de Carré, (autre « milieu »), vain combat contre le Système plus fort que tout. Comme dans un roman classique, tout rentrera dans l’ordre, ordre dudit Système aux classes sociales impénétrables, vouées perpétuellement à s’ignorer, ou plus encore, à se faire la guerre .

L’hiver du mécontentement, Thomas Reverdy

L’hiver du mécontentement
Thomas Reverdy
Flammarion
Date de parution : 22 août 2018
ISBN : 9782081421127, 224 pages, 18,00€

Acheter le livre

Thomas Reverdy, auteur de huit romans dont « Il était une ville », roman paru en 2015, sur les dérives de l’adolescence qui se déroule dans la ville de Détroit en pleine dépression, nous transporte avec ce nouveau livre en Angleterre à la fin des années soixante-dix, années sombres des grandes grèves et de l’avènement de Margaret Thatcher. Luttes sociales, dures, désespérées, qui se solderont, dans le sang, par la victoire de l’inflexible Dame de fer : « Now is the winter of our discontent ». Ce sera par les yeux de Candice, apprentie actrice, choisie pour interpréter Richard III, qu’une jeune troupe composée exclusivement de femmes, a entrepris de monter. Richard III et Shakespeare serviront ainsi de guide et de parallèle pour décrire et nous faire vivre cette dure époque. Roman musical, le titre de chaque chapitre est dédié à un groupe ou à un chanteur de cette époque. À la fin du livre Thomas Reverdy nous propose ainsi « une liste d’écoute », bande originale du roman, pour retrouver le « son » de cette époque et aussi pour prolonger la lecture de son livre en écoutant les Sex Pistols, Marianne Faithful, Adam and the Ants et autres chanteurs et groupes la pluspart disparus.

À son image, Jérôme Ferrari

À son image
Jérôme Ferrari
Actes Sud
Date de parution : août 2018
ISBN : 9782330109448, 224 pages, 19,00€

Acheter le livre

Vous vous souvenez sans doute du livre de Jérôme Ferrari « Le sermon sur la chute de Rome» qui lui valut le Prix Goncourt en 2012. Cette fois, Jérôme Ferrari nous entraine sur son île, la Corse. Antonia qui a passé une nuit blanche, prend sa voiture pour se rendre chez ses parents. Éblouie par le soleil au détour d’un virage, sa voiture quitte la route et la vie d’Antonia s’arrête au fond d’un ravin de l’Ostriconi. La messe d’enterrement est célébrée par son parrain dont Antonia a été toujours proche et qui est un peu à l’origine de son engouement pour la photographie. Tous les parents et proches d’Antonia sont présents. Le roman est construit, de chapitre en chapitre, comme une longue réminiscence au rythme de la liturgie d’une messe de requiem et de la lecture des saintes écritures. Jérôme Ferrari nous transporte à la fin des années soixante-dix, début des années quatre-vingt. La Corse vit au rythme des attentats et des luttes fratricides entre différents groupes indépendantistes. Antonia et Pascal B, enfant du pays, s’aiment. Pascal est le chef et l’âme d’un mouvement indépendantiste. Antonia, reporter-photographe se rendra au début des années quatre-vingt-dix en Serbie. Elle y rencontrera Dragan, un soldat serbe qu’elle retrouve dix ans plus tard à Calvi la veille de son accident. Le récit de ses années de jeunesse en Corse et de son séjour en ex-Yougoslavie s’entrecoupent. Jérôme Ferrari nous montre l’absurdité et l’atrocité des guerres, des combats fratricides. Par la voix du parrain d’Antonia, il condamne sans appel la violence des indépendantistes. « Les honneurs à rendre », l’honneur au nom duquel les assassinats sont perpétrés : « Les honneurs, quels honneurs ? Vous trouvez qu’il y a quelque chose à honorer ? Vous devriez pleurer de tristesse, de tristesse et de honte ! » dit le parrain d’Antonia lors d’une altercation avec des indépendantistes dans son église. Un roman, fort et vrai, sur l’orgueil et la bêtise des hommes.

Tenir jusqu’à l’aube, Carole Fives

Tenir jusqu’à l’aube
Carole Fives
Gallimard, L’arbalète
Date de parution : 1er juillet 2018
ISBN : 9782072797392, 192 pages, 17,00€

Acheter le livre

Dans son quatrième roman Carole Fives continue a dépeindre le monde qui l’entoure, qui nous entoure. Monde de la consommation, de l’immédiat, une société cloisonnée, où chacune et chacun est étiqueté, jugé, un monde où il ne fait pas bon d’être une « solo », une femme vivant seule avec son ou ses enfants. Madame Leroy vit seule avec son fils de deux ans, abandonnée par le père. Elle est travailleur indépendant, graphiste et tire le diable par la queue. pas de famille pour l’aider à part un père amer et autoritaire. Carole Fives décrit avec précision le poids de la pression sociale, au parc, au supermarché, dans la rue, elle subit le regard des autres, le poids de la culpabilité, mais coupable de quoi ? Déchirement entre amour et responsabilité maternels et la nécessité impérative de vivre, un peu, sous peine d’asphyxie. Comment faire ? À qui demander conseil ? Alors il y a les forums sur internet qui tournent assez vite au cauchemar, « Pourquoi demander des conseils sur ce forum si vous n’écoutez personne ? Tout le monde se décarcasse pour vous aider, mais vous, vous persistez à vouloir abandonner votre enfant, rien de moins. Nous perdons notre temps avec vous.» Mais l’appel du dehors est irrésistible, irrésistible comme l’était l’herbe fraiche et verte des montagnes pour la chèvre de Monsieur Seguin. Carole Fives utilise ainsi le texte d’Alphonse Daudet pour construire son roman et lorsque le loup surgit, elle se dit qu’elle doit « tenir jusqu’à l’aube ». Touchant texte sur la difficulté d’être une femme seule avec son enfant dans un monde d’hommes, normé par les hommes, jugée, humiliée, il n’y a ni place ni pitié pour ces mères et pourtant, mères-courage, ces “Super-Moms”, fragiles et combattantes, parviendront-elles à vaincre le loup ?

Lèvres de pierre, Nancy Huston

Lèvres de pierre
Nancy Huston
Actes Sud
Date de parution : août 2018
ISBN : 978233010867, 240 pages, 19,80€

Acheter le livre

Bad Girl est de retour. Le nouveau roman de Nancy Huston est un portrait croisé inspiré de sa propre vie, on retrouve, sous les traits de la jeune Dorrit, la Bad Girl du roman de Nancy Huston de 2014, et de Pol Pot, fanatique Khmer Rouge, responsable du massacre de plus d’un million de personnes de 1975 à 1979. Qui y-a-t-il de commun entre Dorrit, jeune féministe canadienne et le monstre Khmer ? Un sourire figé d’abord, ces « Lèvres de pierre », qui ne laissent rien transparaitre, ni pensée, ni sentiment. Puis ces marques indélébiles de l’enfance, la domination des corps et de l’esprit de ces enfants par le monde des adultes, domination aussi des femmes par les hommes, mais surtout un extrémisme, extrémisme qui pour l’un se traduira par le martyr qu’il fera subir à un peuple entier et pour l’autre, une violence retournée contre elle-même et un ostracisme violent, un féminisme dur, sans concession. Souvenez-vous du roman d’Eric-Emmanuel Schmitt, La part de l’autre, qui imaginait un Hiltler qui, au lieu d’avoir été un peintre raté et refusé, aurait au contraire été un peintre célébré. Pol Pot aurait-il été tout autre si son enfance avait été différente ? Curieux parallèle, surprenant roman de Nancy Huston, qui démontre, s’il en était besoin, que les blessures de l’enfance et de l’adolescence peuvent avoir des conséquences terribles, lourdes et irréparables.

___________________________

Les soirées littéraires du 529

Philippe Claudel
Le samedi 22 septembre 2018 à 19:00 heures, Keizersgracht 529

C’est la rentrée littéraire pour l’Échappée Belle avec un de nos auteurs préférés : Philippe Claudel, de l’Académie Goncourt.

Philippe Claudel revient donc nous voir pour nous parler de son dernier livre L’Archipel du chien. Dystopie au ton sombre, il renoue ici avec le style narratif classique des Âmes grises ou du Rapport de Brodeck.

L’Archipel du Chien est une parabole puissante, une fable, qui a pour cadre une île imaginaire. Pas de nom propre, pas de prénom, sauf celui d’une petite fille, triste victime de la bassesse et de l’égoïsme des hommes, qui par vengeance se transformera en bourreau. Avec L’Archipel du Chien, Philippe Claudel revient au roman classique, aux histoires d’hommes qu’il sait si bien raconter. Il nous donne à lire un conte envoûtant et puissant, moderne, antique, intemporel.  Un volcan qui gronde et sourd, le vent qui souffle sous les portes, des âmes torturées, une odeur fétide, Dante n’est jamais loin sous la belle prose de Philipe Claudel qui réaffirme ici sa vision noire de la nature humaine. 

________________

Cocktail: vins français et spécialités culinaires de France: 19:00 heures à 19:45 heures.

Entretien avec Philippe Claudel mené par Pierre-Pascal Bruneau : 20:00 heures à 21:15 heures

Vente du livre de Philippe Claudel et séance de dédicace : à partir de 21:30 heures

Prix pour une place : 28,00€

Prix pour les titulaires de la carte “Ami” de l’Échappée Belle et pour les membres de l’Alliance Française d’Amsterdam et du Gooi : 20 euros.

La carte d’Ami de l’Échappée Belle est individuelle. Seul le titulaire peut bénéficier du tarif réduit.

Le nombre des participants étant limité à 50 personnes, merci de réserver vos places dès que possible.

Lien de réservation 

Les places annulées moins de sept jours avant la soirée littéraire ne pourront faire l’objet d’un remboursement ou d’un report. Les places sont nominatives et personnelles et ne peuvent être revendues.

Rendez-vous donc le samedi 22 septembre 2018 à 19 heures
Keizersgracht 529,  1017DP Amsterdam

La librairie Le Temps Retrouvé restera exceptionnellement ouverte jusqu’à 19:00 heures. N’hésitez donc pas à venir y faire un tour avant le début de la soirée!

“Les Néerlandais, lignes de vie d’un peuple”

Un livre de Céline L’Hostis
Le Jeudi 11 octobre 2018 à 19:00 heures
à la Maison de l’Échappée Belle, Spiegelgracht

Céline L’Hostis a été directrice adjointe de l’Institut français de Groningen.

Elle vient de publier un livre sur les Pays-Bas et les néerlandais. Pierre-Pascal Bruneau, de la librairie française Le Temps Retrouvé interrogera Céline L’Hostis sur son livre. Nous chercherons en particulier à comprendre en quoi, selon Céline L’Hostis, les Pays-Bas ont réussi à créer un modèle politique, économique et culturel unique, particulièrement s’agissant du collectif, du volontariat et de la gestion du temps de travail. Le livre de Céline l’Hostis sera en vente après l’entretien.

Prix d’une place 5 euros.

Prix pour les titulaires de la carte “Ami” de l’Échappée Belle, 3 euros.

Lien de réservation 

La carte d’Ami de l’Échappée Belle est individuelle. Seul le titulaire peut bénéficier du tarif réduit.

Le nombre des participants étant limité à 30 personnes, merci de réserver vos places dès que possible. Les places annulées moins de deux (2) jours avant la soirée littéraire ne pourront faire l’objet d’un remboursement ou d’un report. Les places sont nominatives et personnelles et ne peuvent être revendues.

Rendez-vous donc à la Maison de L’Échappée Belle
le jeudi 11 octobre à 19:00 heures au Spiegelgracht 2a,

et … Attention aux marches !

__________________________________________

L’Échappée Belle est une fondation à but non lucratif de droit néerlandais (stichting) enregistrée auprès de la Chambre de Commerce d’Amsterdam (KvK 65176847)Siège : Keizersgracht 529, 1017DP Amsterdam, Pays-Bas.