img-book
ISBN: 9782253100454

Mes amis

de : Emmanuel Bove

Rencontre avec l'auteur
avatar-author
    1898
    Emmanuel Bove, né le  à Paris 14où il est mort le  dans le 17, est un écrivain français, connu également sous les pseudonymes de Pierre Dugast et Emmanuel Valois. De son vrai nom Emmanuel Bobovnikoff, il naît d'un père juif russe, sans profession fixe, et d'une mère luxembourgeoise employée de maison ; il a un frère, Léon. À l'âge de 14 ans, il décide de devenir romancier. Il fait sa scolarité à l'École alsacienne jusqu'en 1910, et poursuit ses études au lycée Calvin de Genève. À cette période, son père, sans avoir quitté sa mère, vit avec une Anglaise, Emily Overweg, dont la rencontre sera déterminante pour son écriture. En 1915, il est envoyé en pension en Angleterre, où il achève sa scolarité. Revenu à Paris en 1916, il vit, dans une situation précaire, de petits métiers. En 1917 il fait un mois de prison pour vagabondage. En 1921, il épouse Suzanne Vallois et s'installe dans la banlieue de Vienne. C'est en Autriche qu'il se lance dans l'écriture en publiant de nombreux romans populaires sous le pseudonyme de Jean Vallois. En 1922, il revient à Paris, où il vit seul jusqu'à ce que sa femme le rejoigne en 1923. La même année, il fait ses débuts dans le journalisme, ainsi que dans la traduction, grâce à Georges d'Ostoya. Colette remarque une de ses nouvelles et lui propose de le publier. Il lui apporte alors Mes amis, dont la publication en 1924, est un succès. Emmanuel Bove publie, en 1927, Bécon-les-Bruyères, qui annonce le genre nouveau de la littérature documentaire. En 1928, il rencontre Louise Ottensooser, qui l'introduit dans les milieux artistiques. La même année, il remporte le prix Eugène Figuière pour Mes amis et La Coalition. Il continue à publier régulièrement jusqu'à la Seconde Guerre mondiale. Mobilisé comme travailleur en 1940, il souhaite rejoindre Londres et refuse toute publication durant l'Occupation. En 1942, il parvient à rejoindre Alger, où il écrit ses trois derniers romans : Le PiègeDépart dans la nuit et Non-lieu. Ces dernières œuvres décrivent le milieu trouble de la collaboration et les incertitudes de l'époque. Il en publie deux en 1945 : Le Piège et Départ dans la nuit. De santé fragile, très affaibli par une pleurésie contractée durant son exil algérien (paludisme), Emmanuel Bove meurt, le , à l'âge de 47 ans de cachexie et défaillance cardiaque. (Source Wikipedia)
    Livres deEmmanuel Bove
    À propos de ce livre
    Détails

    ISBN: 9782253100454
    Éditeur: Le livre de poche
    Date de publication: 1924
    Nombre de pages: 192

    Press reviews:

    Victor Bâton vit seul, dans une chambre de bonne miteuse, avec pour unique revenu une pension d’invalidité. Traîne-savates, il erre chaque jour dans Paris dans l’espoir de faire de nouvelles rencontres. La ville le renvoie à son extrême solitude, et agit en même temps comme une ouate protectrice. Mais chaque tentative de lier une relation est un échec. Et pour cause. Obnubilé par sa quête impatiente d’amitié, il fausse tout rapport, et projette sur ceux qu’il croise sa propre mesquinerie. Dans un style faussement simple, avec un « sens du détail touchant » selon Beckett, Emmanuel Bove dessine le portrait de cet antihéros agaçant autant que fascinant, et dépeint par touches, d’une précision extrême, la misère solitaire, le quotidien, l’absurdité de la condition humaine. D’une grande modernité à sa parution en 1924, ce texte, très salué à l’époque, a influencé beaucoup de nos contemporains. (Note de l'éditeur) L’expérience de la lecture de Bove est unique. Pierre Michon. Samuel Beckett, à qui on demandait, peu après la guerre, le nom d'un écrivain méconnu dont il recommandait la lecture, répondit : "Emmanuel Bove; il a comme personne le sens du détail touchant." Beckett était bien placé pour parler d'un auteur qu'il avait lu attentivement et dont le style d'écriture l'avait influencé, comme on peut le voir dans ses premiers ouvrages écrits directement en français, dans un style dépouillé, pauvre, fait de phrases courtes, exempt de toute fioriture mais non d'humour. C'était là à l'époque, lorsque Bove publie son premier roman intitulé Mes amis, en 1924, une tonalité originale et neuve. Le livre connaitra un succès public et Bove sera salué par la critique et reconnu par ses pairs, avant de tomber progressivement dans l'oubli, vers la fin des années 30, puis avec la guerre et sa mort prématurée, à 47 ans, en 1945. Clément Magneau (La Lettre du temps Retrouvé, juin 2020)