• img-book

    Loridan-Ivens Marceline

ISBN: 9782246853916
Catégorie :

Et tu n’es pas revenu

by: Loridan-Ivens Marceline Warning: sizeof(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /srv/psa03/letempsretrouve.nl/httpdocs/wp-content/themes/bookstore/woocommerce/content-single-style-01.php on line 157

12.90 

Quantity:
Meet the Author
avatar-author
19 mars 1928
Marceline Loridan-Ivens, née Marceline Rosenberg, est une cinéaste française née le 19 mars 1928 à Épinal. Elle est notamment connue pour le monologue qu'elle tient place de la Concorde à Paris dans le film documentaire de Jean Rouch et Edgar Morin, Chronique d'un été (1961), qui est l'un des premiers témoignages filmés de la déportation durant la Seconde Guerre mondiale. Marceline Rosenberg naît de parents juifs polonais, émigrés en France en 1919. Au début de la Seconde Guerre mondiale, sa famille s'installe dans le Vaucluse. C'est là que Marceline Rosenberg entre dans la Résistance. Capturée par la Gestapo avec son père, Szlama Rosenberg, elle est envoyée à Auschwitz-Birkenau par le convoi 71 du 13 avril 1944, dans le même convoi que Simone Veil et Anne-Lise Stern, puis à Bergen-Belsen, enfin au camp de concentration de Theresienstadt. Elle recouvre la liberté à la libération du camp, le 10 mai 1945 par l'Armée rouge. Elle adhère au Parti communiste français en 1955 et le quitte un an plus tard. Elle croise alors des « déviationnistes », comme le philosophe Henri Lefebvre ou le sociologue Edgar Morin5. En 1963, elle rencontre et épouse le réalisateur de documentaires Joris Ivens de trente ans son aîné. Elle l'assiste dans son travail et coréalise certains de ses films comme Le 17e parallèle en 19686. De 1972 à 1976, pendant la révolution culturelle déclenchée par le président Mao Zedong, Joris Ivens et Marceline Loridan travaillent en Chine et réalisent Comment Yukong déplaça les montagnes composé d'une série de 12 films7. Critiqués par Jiang Qing, la femme de Mao, ils doivent quitter précipitamment la Chine8. En 2003, elle réalise un film de fiction : La Petite Prairie aux bouleaux, avec Anouk Aimée, très inspiré de son parcours dans les camps (le titre est la traduction du terme polonais Brzezinka, germanisé en Birkenau). (Source : Wikipedia)
Books of Loridan-Ivens Marceline
About This Book
Overview

Marceline Loridan- Ivens et Judith Perrignon

« J’ai vécu puisque tu voulais que je vive. Mais vécu comme je l’ai appris là-bas, en prenant les jours les uns après les autres. Il y en eut de beaux tout de même. T’écrire m’a fait du bien. En te parlant, je ne me console pas. Je détends juste ce qui m’enserre le cœur. Je voudrais fuir l’histoire du monde, du siècle, revenir à la mienne, celle de Shloïme et sa chère petite fille. »

« Toi tu reviendras peut-être parce que tu es jeune, moi je ne reviendrai pas », lui a dit un jour son père, alors qu’à Drancy, au début de l’année 1944, ils attendaient, parmi des centaines, des milliers d’autres Français juifs, le convoi qui allait bientôt les emmener vers l’est. Quelques semaines plus tard, Salomon (Shloïme était son prénom en yiddish) Rozenfeld et sa fille, Marceline, 16 ans, étaient déportés en Pologne, lui à Auschwitz, elle dans le camp voisin de Birkenau. Shloïme Rozenfeld ne s’était pas trompé : il n’est pas revenu. Il a disparu quelque part, du côté de l’actuelle République tchèque.
« Arrêté en mars 1944 à Bollène. Interné à Avignon, Marseille, puis Drancy. Déporté à Auschwitz par le convoi parti de Drancy le 13 avril 1944. Transféré à Mauthausen et Gross-Rosen », résume l’acte officiel de disparition. « Je t’imagine silhouette d’une cohorte d’hommes décharnés et chancelants poussés à bout par des SS. Auschwitz. Mauthausen. Puis Gross-Rosen. Quel chemin tu as parcouru ! », lui écrit sa fille, sept décennies plus tard – soixante-dix ans tout juste après la découverte, le 27 janvier 1945, par les forces armées soviétiques, du plus grand camp de concentration et d’extermination du IIIe Reich, Auschwitz-Birkenau.
Et tu n’es pas revenu est ainsi une lettre au père, dans laquelle Marceline Loridan-Ivens – à quatre mains avec la journaliste et romancière Judith Perrignon – raconte à celui qui n’est pas rentré sa propre captivité, son retour en France, sa vie d’après. Plus exactement, l’impossibilité d’une vie après. Le constat est laconique, tranchant, sans nul espoir, et Marceline Loridan-Ivens le dresse inconsolée, mais les yeux secs : « J’aurais aimé te donner de bonnes nouvelles, te dire qu’après avoir basculé dans l’horreur, attendu vainement ton retour, nous nous sommes rétablis. Mais je ne peux pas. Sache que notre famille n’y a pas survécu. Elle s’est disloquée. Tu avais fait des rêves trop grands pour nous tous, nous n’avons pas été à la hauteur. »
Nathalie Crom
(Source : Telerama)

Details

ISBN: 9782246853916
Publisher: Grasset
Publish Date: 4 février 2015
Page Count: 112