Non-dits et vies brisées – Le Temps Retrouvé
Non-dits et vies brisées
On 25 avril 2018 | 0 Comments

Deux livres publiés récemment traitent du sujet difficile et douloureux des vies d’enfants ou d’adolescents qui ont été brutalement brisées à la suite d’une violente agression. Le poids insoutenable de la culpabilité, que pourtant seul l’adulte agresseur devrait porter, conduit parfois la victime au suicide. C’est le sujet du nouveau roman de David Foenkinos, Vers la beauté, dans lequel il alterne le ton distancié, drôle et désabusé de ses premiers romans avec un ton sombre et grave, proche de celui de son hommage à Charlotte Salomon, comme si il y avait un avant et un après Charlotte. Mais c’est le premier roman d’une jeune comédienne, Adelaïde Bon, La petite fille de la banquise qui touche le plus, peut-être parce qu’elle nous dit sa propre histoire, sa souffrance. Dans un registre moins tragique mais toujours sensible, Daniel Pennac, dans un pudique et touchant récit, nous parle de lui même ou plutôt de son frère ainé disparu trop tôt il y a plus de dix ans. De ce frère qui lui a donné le goût de lire et d’écrire il parle avec tact et il aura fallu un long deuil pour qu’il se décide à lui consacrer un livre.

Le Rufin nouveau est arrivé: cette fois un roman policier avec comme personnage central un anti-héros, un consul peu ordinaire, sorte de Colombo du corps diplomatique, qui mène l’enquête dans la chaleur lourde de la Guinée. Un registre nouveau pour Jean-Christophe Rufin qui campe là peut-être le héros d’une série policière en devenir, qui sait. Jean-Philippe Blondel nous revient avec un nouveau et beau roman au ton, comme toujours très personnel, inspiré de sa vie et de sa bonne ville de Troyes. L’énigmatique Jonathan Littell publie une version nouvelle de Une Vieille histoire qui heurtera sans doute certains lecteurs par le caractère cru et brut de ses descriptions, mais qui ne manquera pas de fasciner les admirateurs de l’auteur des Bienveillantes. Jean-Marie Rouart, avec le talent que l’on sait, nous conte l’histoire d’une comtesse russe qui se trouve embarquée dans une sombre histoire de moeurs, dans laquelle des politiques sont compromis, à la fin des années cinquante. Et puis d’autres livres encore comme celui que mon héros, l’unique et vénéré Bernard Pivot, écrit avec sa fille Cécile Pivot, dans lequel ils nous disent tous deux leur plaisir de lire et nous donnent de précieux conseils de lecture. Enfin, un ouvrage collectif passionnant, Réprouvés, bannis, infréquentables,  sur les artistes bannis et rejetés par la société parce qu’ils dérangeaient en refusant de se conformer au dogme officiel, comme Boutang, de Roux, Debord, et bien sûr Pier Paolo Pasolini qui a payé de sa vie son droit à la marginalité.

Vers la beauté

Vers la beauté
David Foenkinos
Gallimard, Collection Blanche
Date de parution: 01-02-2018
ISBN : 9782072784873, 224 pages,19€

Acheter ce livre

Un personnage central lunaire, distrait et attachant, des situations drôles du monde de l’entreprise, transposé à celui des musées, David Foenkinos nous parle à nouveau du beau et de l’impact qu’il peut avoir sur nos vies. La peinture fascine David Foenkinos et il nous fait partager avec beaucoup de sensibilité cette passion qu’il nous avait déjà fait découvrir dans Charlotte, son roman dédié à Charlotte Salomon. Nous sommes pris par ces destins croisés, histoires de tous les jours, banales, tristes et  terribles. Ces vies brisées, irrémédiablement, David Foenkinos, dans un style simple, langage du quotidien, en parle avec pudeur et une indéniable sensibilité.

La petite fille sur la banquise

La petite fille sur la banquise
Adélaïde Bon
Grasset
Date de parution : 14 mars 2018
ISBN : 9782246815891, 252 pages, 18,50€

Acheter ce livre

Certains d’entre vous ont sans doute écouté le témoignage bouleversant, lors de la Grande Librairie de François Busnel, de cette toute jeune romancière et comédienne. Violée à l’âge de neuf ans, elle fait le récit avec une grande dignité, de ce qu’à été sa vie depuis ce jour en  1990 dans son livre La petite fille sur la banquise.

Souffrance enfouie, souvenirs chassés, sensations refoulées, incompréhension et incompétence, le calvaire puis la rédemption par l’écriture. Dans ce livre, on prend de plein fouet la dureté du réel et l’on ressent la force de la narratrice, force qu’elle trouve en elle même, pour confronter le monstre retrouvé, coupable d’un nombre inouï d’agressions et de viols. Un livre terrible, touchant aussi, un livre important, qui aide à comprendre le monde parfois si hermétique de l’enfance. Un livre fort qui nous fait nous révolter, face à ces petites vies fragiles massacrées, contre l’incurie, l’incompétence et l’indifférence.

«  J’ai neuf ans. Un dimanche de mai, je rentre seule de la fête de l’école, un monsieur me suit. Un jour blanc.
Après, la confusion.
Année après année, avancer dans la nuit.
Quand on n’a pas les mots, on se tait, on s’enferme, on s’éteint, alors les mots, je les ai cherchés. Longtemps. Et de mots en mots, je me suis mise à écrire. Je suis partie du dimanche de mai et j’ai traversé mon passé, j’ai confronté les faits, et phrase après phrase, j’ai épuisé la violence à force de la nommer, de la délimiter, de la donner à voir et à comprendre.
Page après page, je suis revenue à la vie.  » Adelaïde Bon

« Avec une distance, une maturité et une finesse d’écriture saisissantes, Adélaïde Bon retrace un parcours terrifiant, et pourtant trop commun. Une lecture cruciale. » (Note de l’éditeur)

Mon frère

Mon frère
Daniel Pennac
Gallimard, Collection Blanche
Date de parution : 5 avril 2018
ISBN : 9782072786303, 129 pages, 15,00€

Acheter ce livre

En 2007, Daniel Pennac perd son frère ainé Bernard à la suite d’une erreur médicale. Ce frère lui avait donné le goût de la littérature et de l’écriture. Il le compare au Bartleby de Melville ou à une « Ferrari ». Surprenante comparaison, en fait en contre-point, son frère était tout le contraire d’une Ferrari, la douceur même, calme, drôle aussi, mais le coeur pourtant brisé par un chagrin d’amour subi trop tôt dans sa vie, chagrin dont il ne se remettra jamais. Ce livre Daniel Pennac l’a porté longtemps. Dix années après sa mort, il se résout à l’écrire, comme s’il acceptait enfin, deuil fait, la disparition de ce frère tant aimé.

«Seize mois plus tard il me manquait encore quotidiennement. Mais il s’invitait souvent. Avec tact, je dois dire. Il s’installait discrètement en moi. Mon cœur n’accusait plus le coup. Les larmes ne venaient plus. Mon frère débarquait à brûle-pourpoint et mon chagrin avait cessé de le rejeter. L’émotion se faisait accueillante.  Je l’acceptais en l’état.  Je constatais sa présence parce qu’une bagnole me doublait à toute allure sur l’autoroute du Sud. Cette flamme qui me frôle, ce point rouge si vite à l’horizon, l’écho tenace de l’échappement, je viens d’être doublé par l’exact contraire de mon frère.» Daniel Pennac

Le suspendu de Conakry

Le suspendu de Conakry
Jean-Christophe Rufin
Flammarion
Date de parution : 28 mars 2018
ISBN : 9782081416932, 310 pages, 19,50€

Acheter ce livre

Et voila le Rufin nouveau. Nous sommes en Guinée, il y fait une chaleur écrasante. Découverte d’un cadavre pendu par un pied au mât d’un bateau, bien visible dans la distance. Le héros, improbable gentleman de Cocody, est à l’opposé du personnage incarné par Jean Marais. Diplomate de second rang, d’origine roumaine, raillé par le personnel du consulat et de l’ambassade, Aurel Timescu, fripé et alcoolique, sorti tout droit d’un roman de Raymond Chandler, ménera l’enquête avec intelligence, au fil décousu de ses hésitations et de ses intuitions tout comme Philip Marlowe. Un réjouissant et léger polar, idéal pour ces vacances.

La mise à nu

La mise à nu
Jean-Philippe Blondel
Buchet Chastel
Date de parution : 4 janvier 2018
ISBN : 9782283030226, 252 pages, 15,00€

Acheter ce livre

Quel plaisir de retrouver la prose vive et légère de Jean-Philippe Blondel. Tous les thèmes qui lui sont chers sont repris dans ce touchant roman. Avec une grande sensibilité, Jean-Philippe Blondel nous fait vivre à nouveau au rythme de ces adolescents de province devenus adultes, marqués par la vie, qui cherchent à se réparer, à panser leurs plaies, en empruntant le chemin de la réminiscence. Intéressante analyse aussi des rapports entre le peintre et son modèle et sur le processus de création. Un roman très réussi, d’une profonde maturité, qui confirme Jean-Philippe Blondel comme un des grands romanciers de sa génération.

Une vieille histoire, nouvelle version

Une vieille histoire, nouvelle version
Jonathan Littell
Gallimard, Collection Blanche
Date de parution: 20-02-2018
ISBN : 9782072776847, 384 pages, 21,00€

Acheter ce livre

L’auteur du très célébré Bienveillantes, Prix Goncourt et Grand Prix de l’Académie Française 2006, nous emporte cette fois dans un tout autre univers que celui de la montée et de la chute du nazisme. Pourtant, ambiguïté, froideur et violence, qui caractérisent les récits et le style de Jonathan Littell, sont ici bien présentes. Le roman est construit selon des préceptes qui rappellent ceux du Nouveau Roman : une série d’histoires, variations sur un même thème, l’amour physique, peu de sentiments exprimés, pas de noms, permanence d’un nombre précis d’éléments qui reviennent presque systématiquement dans chaque histoire et répétition d’un même mécanisme de transition de l’une à l’autre, une piscine, un couloir, une poignée de porte. La prose de Jonathan Littell est captivante, hypnotique. Il nous conte, très en retrait, sans émotion, factuel et précis, de façon clinique et crue, toutes les formes possibles de rapports physiques entre êtres humains. Dans une série de scènes d’un réalisme troublant qui choquent souvent et parfois nous font frémir, le narrateur, tout à tour homme, femme, transsexuel, enfant, dans un flot continu, subit, fait subir, acteur passif et actif, souvent dans des scènes d’une rare violence, est au centre du récit. Ces histoires, directement inspirées de la réalité, nous les connaissons presque toutes.

La vérité sur la comtesse Berdaiev

La vérité sur la comtesse Berdaiev
Jean-Marie Rouart
Gallimard, Collection Blanche
Date de parution : 1er mars 2018
ISBN : 9782072785269, 203 pages, 17,50€

Acheter ce livre

« Pourquoi le destin s’acharne-t-il sur la comtesse Berdaiev ? Aristocrate très belle et très libre, elle appartient à la communauté des Russes blancs, ces exilés qui ont fui l’Union soviétique après la révolution de 1917. Personnalités fantasques et passionnées, minées par la nostalgie et songeant à des projets impossibles, ils ont du mal à trouver leur place dans une société française qui les regarde comme des vestiges anachroniques. Cherchant dans l’amour et dans l’étourdissement des plaisirs un remède à leur mal de vivre, partagés entre la misère et l’opulence, prêts à tous les expédients pour survivre, ils sont la proie de tous les faux donneurs d’espoir et surtout de leurs rêves. Déjà victime de l’Histoire qui l’a condamnée à l’exil et à la ruine, la comtesse Berdaiev va se trouver impliquée dans une affaire de mœurs éclaboussant le milieu politique dans les débuts ténébreux de la Ve République. Librement inspiré du scandale des Ballets roses, ce roman renoue avec les thèmes chers à Jean-Marie Rouart : la passion amoureuse confrontée avec la brutalité du pouvoir, face à une société qui se veut toujours moralisatrice. » (Note de l’éditeur)

Lire !

Lire !
Bernard et Cécile Pivot
Flammarion
Date de parution : 14 mars 2018
ISBN : 9782081416307, 192 pages, 25,00€

Acheter ce livre

« Les jeunes qui lisent sont des héros !  » Bernard Pivot

Si vous aviez un quelconque doute sur ce que la lecture peut vous apporter, comment les livres, un livre, peut changer votre vie,  précipitez-vous sur Lire ! Bernard Pivot et sa fille vous enchanteront, vous charmeront et vous donneront, s’il en était besoin, le désir de lire encore et encore.

Réprouvés, bannis, infréquentables


Pier Paolo Pasolini

Réprouvés, bannis, infréquentables
Collectif sous la direction de Angie David
Éditions Léo Scheer
Date de parution : 7 mars 2018
ISBN : 9782756112077, 280 pages, 20.00€

Acheter ce livre

Très intéressant recueil d’articles sur des auteurs, cinéastes, écrivains, journalistes, penseurs, qui se sont volontairement portés en marge des conventions et de la société, affirmant leurs convictions, dans un refus permanent d’entrer dans un sytème quel qu’il soit. Cet ouvrage rassemble une série d’articles de spécialistes ou biographes reconnus qui ont écrit, parfois dans une tentative de réhabilitation, sur ces artistes bannis et rejetés par la société parce qu’ils dérangeaient en refusant de se conformer au dogme officiel. Tous sont des « réprouvés », à des degrés divers comme Boutang, de Roux, Debord, Pier Paolo Pasolini qui a payé de sa vie son droit à la marginalité, ou dans une moindre mesure Camus, Houellebecq ou Handke.

« Boutang chassé de la Sorbonne, Campo indépendante jusqu’à l’impardonnable, Pasolini exclu du PCF pour homosexualité et mort assassiné, Leys allant faire carrière en Australie, de Roux et Millet bannis du milieu éditorial, Debord et Bodinat refusant d’entrer dans le système, Handke déprogrammé de la Comédie-Française, Camus et Nabe finissant par s’autopublier, Houellebecq jugé pour islamophobie, Dantec s’exilant au Québec, Muray mourant à temps, si l’on ose dire, Michéa empoisonnant la gauche au point de paraître l’ennemi de son propre camp… Réprouvés, bannis, infréquentables : trois adjectifs qui disent les différents degrés d’exclusion dont font l’objet ces intellectuels et écrivains ayant pourtant élaboré une œuvre majeure. » (Note de l’éditeur)

 

Boualem Sansal et Fouad Laroui

De l’islamisme, du religieux au politique
Quel futur pour les jeunes générations ?
Le samedi 19 Mai 2018 à 20:00 heures
à l’OBA

L’OBA, L’Échappée Belle, L’Institut français des Pays-Bas et la librairie française Le Temps Retrouvé ont le grand plaisir de vous proposer un grand entretien sur le thème de l’islamisme avec

Fouad Laroui

Boualem Sansal

 

  • Boualem Sansal, grand prix de l’Académie française pour son roman 2084 : La fin du monde, est aujourd’hui reconnu comme l’une des grandes voix de la littérature algérienne. Dans Gouverner au nom d’AllahIslamisation et soif de pouvoir dans le monde arabe, Boualem Sansal considère que ce qu’il appelle « l’islamisme arabe » domine le monde arabe dont les femmes et les jeunes sont les principales victimes. Cet islamisme, selon Boualem Sansal, est mal compris par les occidentaux. Pour lui, « Le politiquement correct, ‘cancer du monde’, gagne les esprits. Il est nourri par la peur de l’islam et du monde musulmanIl faut un plan Marshall pour sortir de cela, il faut oublier la prudence, encourager l’impertinence, notamment en France et en Angleterre, pays de l’irrévérence. » 

ET

  • Fouad Laroui, prix Goncourt de la nouvelle, Prix jean Giono, est un écrivain néerlandais d’origine marocaine. Professeur à l’Université d’Amsterdam, ingénieur de formation, ancien élève de l’École des Ponts et Chaussés, il se consacre depuis plus de vingt ans à l’écriture de romans et d’ouvrages universitaires. Dans son essai, De l’islamisme. Une réfutation personnelle du totalitarisme religieux (2006), Fouad Laroui distingue islam et islamisme. L’islamisme, c’est pour lui une vision totalitariste de l’islam qui aboutit à « la dénaturation d’une foi ». Dans ses romans, et en particulier dans son dernier livre « L’insoumise de la Porte de Flandre » il dénonce le traitement discriminatoire et oppressant des femmes: « J’écris pour dénoncer des situations qui me choquent. Pour dénicher la bêtise sous toutes ses formes. La méchanceté, la cruauté, le fanatisme, la sottise me révulsent. »

L’entretien se déroulera en français et en néerlandais avec traduction simultanée.

Les livres de Boualem Sansal et de Fouad Laroui seront disponibles à la vente le soir de l’entretien qui sera suivi d’une séance de dédicace.

Rendez-vous donc le samedi 19 mai 2018 à 20 heures

OBA Forum, Oosterdokskade 143, 6e étage.

Prix d’une place 10 euros.

Prix réduit de 5 euros pour les membres de l’OBA et les titulaires de la carte « Ami” de l’Échappée Belle. La carte d’Ami de l’Échappée Belle est individuelle. Seul le titulaire de la carte peut bénéficier du tarif préférentiel.

Lien de réservation

La carte d’Ami de l’Échappée Belle est individuelle. Seul le titulaire peut bénéficier du tarif réduit.

Le nombre des participants étant limité, merci de réserver vos places dès que possible. Les places annulées moins de 48 heures avant la soirée littéraire ne pourront faire l’objet ni d’un remboursement ni d’un report.

Cette soirée a été rendue possible grâce au soutien de L’Institut français des Pays-Bas et du CNL, de BNP Paribas, du Prins Bernhard Cultuurfonds, du Groupe Segula et de KZ529BV.

 

_______________________________________________________________________________

Jeudi 31 mai 2018 à 19:00 heures à la Maison de l’Échappée Belle, Spiegelgracht 2a

__________________________________________________________

Le Guide de l’ABC du dessin d’Armand Cassagne,
le manuel utilisé par van Gogh, enfin retrouvé
____________________

Une présentation deYannick Bouillis, de la fondation Vincent van Gogh, à Arles et de Teio Meedendorp, chercheur en chef au van Gogh Museum

 

« … ce qui m’a fait cesser de douter [de devenir peintre], c’est la lecture d’un ouvrage complet sur la perspective : Cassagne, Guide de l’Abc du dessin, et huit jours après, je dessinais un intérieur de cuisine, avec poêle, chaise, table et fenêtre… » Vincent van Gogh à son frère Theo, La Haye, 2 avril 1882

Grâce aux efforts de Yannick Bouillis, de la fondation van Gogh à Arles, le manuel de dessin qui a été, d’après les propres mots de Vincent van Gogh, déterminant dans sa vocation de peintre, a été retrouvé en 2017 à la Morisset Library de l’Université d’Ottawa. Cet important manuel vient de faire l’objet d’une réédition en octobre dernier.

Yannick Bouillis, dans le cadre de la mission qui lui a été confiée par la fondation Vincent van Gogh de constituer le fonds de librairie s’est plongé dans la lecture de l’ensemble de la correspondance de Vincent van Gogh. C’est dans une lettre inédite de Vincent à son frère Theo, datée du 2 avril 1882, qu’il découvre la référence à ce manuel de dessin et surtout l’importance décisive que Vincent van Gogh lui a donnée. Yannick Bouillis et Teio Meedendorp, ce dernier, chercheur en chef au Musée Van Gogh d’Amsterdam a préfacé la réédition du manuel, viendront nous parler de leurs recherches et comment le livre a été nous dire comment le manuel a été retrouvé.

Prix d’une place 6,00 euros.

Prix pour les titulaires de la carte d’Ami de l’Échappée Belle, 4,00 euros.

Lien de réservation

La carte d’Ami de l’Échappée Belle est individuelle. Seul le titulaire peut bénéficier du tarif réduit.

Le nombre des participants étant limité à 30 personnes, merci de réserver vos places dès que possible. Les places annulées moins de 48 heures avant la soirée littéraire ne pourront faire l’objet ni d’un remboursement ni d’un report.

Rendez-vous donc à la Maison de L’Échappée Belle le jeudi 31 mai  à 19:00 heures au Spiegelgracht 2A, et …

Attention à la marche !

____________________________________________________

L’Échappée Belle est une fondation à but non lucratif de droit néerlandais (stichting) enregistrée auprès de la Chambre de Commerce d’Amsterdam (KvK 65176847)Siège : Keizersgracht 529, 1017DP Amsterdam, Pays-Bas. 

L’Échappée Belle bénéficie du statut ANBI n°85600857, publicatieverplichting